Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des agriculteurs marnais demandent une indemnisation totale après les inondations de cet hiver

vendredi 6 avril 2018 à 10:42 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Ce vendredi, la FDSEA des 4 départements de la Marne, de l'Aube, de la Seine et marne et de l'Yonne interpelle les pouvoirs publics: les agriculteurs demandent une indemnisation de l'état après les inondations de cet hiver. 24.000 hectares de terres agricoles sont sous l'eau dans ces 4 départements.

Un champs inondé cet hiver
Un champs inondé cet hiver © Maxppp - SEBASTIEN BIRDEN

Bagneux, France

Ils sont en colère les agriculteurs de la Marne, de l'Aube, de la Seine et Marne et de l'Yonne. Ce vendredi d'ailleurs, ils se réunissent en tant que membres de la FDSEA. Ils veulent alerter les pouvoirs publics après les inondations de cet hiver. Sur l'ensemble de ces 4 départements, 24.000 hectares de terres agricoles ont été inondées. "C'est beaucoup et ça a de graves conséquences sur notre quotidien" confie Mathias Benoist, agriculteur à Bagneux, près d'Anglure, dans sud de la Marne et référent "inondation" à la FDSEA. Installé depuis 2010 , Mathias Benoist possède 145 hectares de champs et aujourd'hui 40% sont sous l'eau. "Il s'agit d'une situation de sur-inondation" précise Mathias Benoist.  "Aujourd'hui il y a quatre lacs qui sont en amont de Paris qui permettent d'absorber les à-coups des différents cours d'eau. Avec les gérants de ces lacs, nous avons de très bonnes relations mais le problème vient en fait de VNF (Voies Navigables de France) qui régule le niveau de la Seine et de ses affluents".

Culture maraîchère les pieds dans l'eau - Maxppp
Culture maraîchère les pieds dans l'eau © Maxppp - MEHDI GHERDANE

Des conséquences économiques désastreuses pour les exploitants

Les agriculteurs de la Marne, de l'Aube et leurs collègues de l'Yonne et de la Seine et Marne ne peuvent donc rien planter car leurs champs sont inondés. "On a semé des cultures adaptées à l'automne comme un blé qui peut subir quelques semaines d'inondations mais guère plus et certains agriculteurs avaient aussi prévus de l'orge de printemps qui n'est toujours pas semé car les champs sont toujours inaccessibles". Tout cela représente une perte économique importante d'après Mathias Benoist, référent "indondations" à la FDSEA.

L'état et les indemnisations: un parcours du combattant pour les agriculteurs

De nombreux exploitants ont d'ailleurs fait constater par des huissiers leurs terres sur-inondées car ils demandent que les terres agricoles situées en zone d'inondations soient reconnues d'utilité publique et donc indemnisées. Mais c'est compliqué d'après Mathias Benoist qui explique qu'aujourd'hui, l'état n'indemnise que les agriculteurs dont les champs ont déjà été plantés et qui (à cause des inondations) ne pourront rien récolter.  Il ne fera rien si les champs inondés son nus, sans aucun semis dans la terre.

Certains agriculteurs menacent aujourd'hui de faire "sauter" le barrage en aval de Nogent sur Seine. "C'est une façon de parler" reconnait Mathias Benoist "car les agriculteurs sont en colère mais aujourd'hui on espère juste être entendus par nos élus et les pouvoirs publics".