Infos

Des agriculteurs Sarthois parlent du "surmenage" pour éviter la surchauffe

Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine mardi 4 octobre 2016 à 19:40

Les correspondants de la MSA partout en Sarthe ont été formés à accompagner les situations de détresse
Les correspondants de la MSA partout en Sarthe ont été formés à accompagner les situations de détresse © Radio France - Alexandre Chassignon

C'est l'une des conséquence de la crise des prix agricoles : de nombreux agriculteurs sont surchargés de travail. Pour limiter les effets néfastes sur leur vie personnelle et leur santé, l'association VivAgri.Sarthe et la MSA leur proposent d'en parler.

"Je connais des agricultrices qui ne sortent plus, sauf pour la famille très proche, c'est boulot boulot", s'inquiète Monique, de Villaines-sous-Lucé. Le phénomène n'est pas nouveau mais il s'aggrave quand la situation financière des exploitations se creuse. Une cinquantaine d'agriculteurs sarthois en ont parlé, ce mardi au Mans.

Parler, une étape indispensable pour reconnaître le problème. Les adhérentes des groupes agricoles, récemment renommés VivAgri.Sarthe, en ont souvent l'occasion lors de formations. "Échanger des choses, ça nous conforte", raconte Véronique, installée à Thorigné-sur-Dué. Cette mère de famille déplore aussi que peu d'agricultrices de sa génération fréquentent ces ateliers. "On a tendance à être surchargés, les activités des enfants se rajoutent au travail, mais il faut vraiment prendre le temps de partager".

Ne plus prendre le temps de sortir de chez soi, c'est l'isolement" - Brigitte Lhommeau

Des solutions pour se dégager du temps existent pourtant, rappelle Brigitte Lhommeau, vice-présidente de VivAgri.Sarthe. "Il faut déléguer, se faire remplacer. Les ouvriers agricoles ne sont appelés qu'en cas de catastrophe, il faudrait les prendre plus régulièrement pour leur expliquer ce qu'il y a à faire dans chaque exploitation".

A la MSA, des interlocuteurs et des respirations

"Il y a beaucoup de stress. Nous suivons de près les arrêts maladie pour éviter les drames", souligne Brigitte Fourmon, la présidente du comité sarthois de la mutualité sociale agricole. Dans chaque canton, au moins un de ses correspondants est formé à l'accueil des situations délicates. Ensuite, la MSA propose des "séjours de répit" et des bilans de compétences.

Elle a aussi mis en place une ligne directe pour obtenir de l'aide : le 09 69 39 29 19.

Partager sur :