Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des arboriculteurs tentent de sauver leurs récoltes du gel, plusieurs intoxications à la fumée dans le Tarn

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une épaisse fumée s'est étendue dans le Tarn, entre Lavaur et Ambres, ce mardi. Conséquence de feux de fortune allumés par les arboriculteurs, qui tentent de sauver leurs récoltes du gel. Plusieurs habitants ont été intoxiqués par les fumées. Le maire de Lavaur réclame "des solutions plus douces".

Les arboriculteurs ont allumé des feux de paille pour tenter de sauver leurs productions du gel (image d'illustration)
Les arboriculteurs ont allumé des feux de paille pour tenter de sauver leurs productions du gel (image d'illustration) © Radio France - Thibault Delmarle

Vous avez peut-être vu ces images de fumée épaisse dans le Tarn. Un panache gris a intoxiqué plusieurs habitants de Lavaur et d'Ambres ce mardi 14 avril. Une fumée dégagée par la combustion de près de 150 tonnes de paille, alimentée par du gasoil, indique la préfecture. Des feux de fortunes allumés par les arboriculteurs du secteur, qui tentent de sauver leurs productions du gel. Huit personnes ont été prises en charge par les pompiers pour des intoxications et 13 se sont présentées à l'hôpital, indiquent également les services de l'État, qui ajoutent avoir rappelé les "bonnes pratiques" aux agriculteurs.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le maire demande d'autres méthodes

Les arboriculteurs pointés du doigt expliquent se retrouver sans autre solution pour sauver leurs récoltes, et maintenir les emplois. Le maire de Lavaur, Bernard Carayon, comprend les difficultés des arboriculteurs, mais il réclame "des méthodes plus douces de réchauffement". Il appelle également à trouver des solutions alternatives sur le long-terme. 

Après avoir échangé avec les responsables de productions arboricoles du secteur ce mardi matin, il souhaite le développement de la méthode d'aspersion, méthode d'arrosage très gourmande en eau des cultures, qui permet de protéger les bourgeons du gel en créant une sorte de pellicule de glace, qui est arrosée en permanence, et qui maintient la température au-dessus de zéro degré.

L'élu compte envoyer ces prochains jours des demandes de financement auprès de la préfecture et du ministère de l'Agriculture, au titre de l'épisode climatique exceptionnel en cours, pour "faire financer par l'État, une partie majeure des installations qui doivent être installées impérativement pour la saison prochaine." 

L'aspersion d'eau : une méthode généralisable ?

Si à Lavaur, ces installations très gourmandes en eau pourront en partie être alimentées par la rivière qui passe à proximité, il n'est pas certain que ce type de solution puisse être déployé chez tous les viticulteurs et arboriculteurs d'Occitanie touchés par le gel. Certains réclament la création de retenues d'eau, une solution qui ne fait pas consensus et qui pose certaines questions en termes d'écologie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess