Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des boulangeries héraultaises s'engagent dans le commerce équitable

dimanche 14 octobre 2018 à 9:12 Par Harmony Bouvier, France Bleu Hérault

Le commerce équitable fait son chemin en France grâce au pacte Agri-Éthique. Créée en 2013, cette démarche soutient des filières agricoles, dont celle du blé. En France, plus de 600 boulangeries sont engagées, dont trois dans le département de l'Hérault.

À Lunel, il s'agit de la deuxième boulangerie de l'Hérault à s'engager dans le pacte Agri-Éthique. Un autre établissement Ange se trouve aussi dans la commune, ainsi qu'à Montpellier.
À Lunel, il s'agit de la deuxième boulangerie de l'Hérault à s'engager dans le pacte Agri-Éthique. Un autre établissement Ange se trouve aussi dans la commune, ainsi qu'à Montpellier. © Radio France - Harmony Bouvier

Lunel, France

On connait le commerce équitable notamment par les producteurs de café soutenus par de grandes marques dans les pays en développement... En France aussi l'idée fait son chemin en ce qui concerne la filière blé. À Lunel, les deux boulangeries de la franchise Ange ont adhéré au pacte Agri-Éthique, qui encourage un commerce équitable 100% origine France.

Un prix du blé fixé pendant trois ans

Le deuxième établissement a d'ailleurs ouvert ses portes cet été . Dans l'entrée, une pancarte rappelle l'engagement de la franchise dans la démarche qu'a créé Ludovic Brindejonc il y a cinq ans. "L'idée de départ était de se déconnecter du marché actuel des matières premières et de la volatilité des prix. On a décidé de partir du coût de production du blé à laquelle on ajoute une marge à l'agriculteur pour qu'il puisse vivre de son métier. Ce prix-là est fixé pendant trois ans".  

Un échange gagnant-gagnant pour Stéphane Desbrosses, patron des trois boulangeries Ange de l'Hérault (la troisième se trouve à Montpellier). Il est engagé depuis cinq ans. "L'agriculteur travaille sereinement car il est assuré de toucher un revenu minimum. Et moi en tant que commerçant je suis sécurisé au niveau de la matière première que je vais proposer à mes clients, qui sera de bonne qualité".  

Plus qu'une sécurité financière pour l'agriculteur, c'est aussi une sécurité au niveau social car les emplois sont préservés. Enfin, l'agriculture raisonnée permet une utilisation minimale des produits phytosanitaires et contenant de l'azote : "Cela se fait en fonction des besoins de la plante et du sol pour obtenir un produit plus sain", explique Ludovic Brindejonc.  

En magasin, la baguette de pain est à 95 centimes d'euro

Avec une rémunération plus équitable des agriculteurs, Stéphane Desbrosses achète donc sa farine plus chère. Mais ça ne se ressent pas quand on passe à la caisse : la baguette de pain est affichée au prix de 95 centimes d'euro. "L'économie passe en dernier. Le plus important pour nous, c'est l'humain, l'environnement et la condition des agriculteurs. C'est important de ne pas les oublier car c'est eux qui incarne la terre nourricière"

Le prochain objectif pour le pacte Agri-Éthique est de faire participer davantage d'agriculteurs dans la démarche. Ils sont plus d'un millier en France à s'être engagés, mais aucun encore n'a sauté le pas dans l'Hérault.