Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des éleveurs limousins créent un abattoir qui respecte le bien-être des animaux

jeudi 4 janvier 2018 à 5:27 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin et France Bleu

Un abattoir qui respecte le bien-être de l'animal. C'est le pari d'une soixantaine d'éleveurs de Corrèze, Creuse et Haute-Vienne réunis au sein du Pôle Viandes locales. Le chantier de cet abattoir où tout sera fait pour éviter tout stress aux animaux est en cours à Bourganeuf en Creuse.

L'abattoir est en chantier à Bourganeuf. Il doit ouvrir au début de l'été prochain
L'abattoir est en chantier à Bourganeuf. Il doit ouvrir au début de l'été prochain © Maxppp - Aurore Claverie

Bourganeuf, France

Il y a une différence de taille déjà : l'abattoir du Pôle Viandes Locales ne tuera que sept bêtes par semaine, contre un millier par exemple à celui de Limoges. Et puis il n'y aura pas d'humains dans la zone d'abattage mais un écran qui projettera des paysages et un diffuseur d'odeurs familières. Et surtout c'est un bras robotisé qui viendra par derrière l'animal pour positionner l'arme entre les deux yeux. "On se fait assister d'un robot comme un chirurgien le fait pour certaines opérations précises" souligne Guillaume Betton, président du Pôle Viandes Locales.

C'est pour nos bêtes" Michel Deslandes, éleveur

Une soixantaine d'éleveurs issus d'un périmètre de 80 kilomètres autour de Bourganeuf sont impliqués dans le projet. Michel Deslandes élève des génisses, des bœufs et des veaux sous la mère à Royères. Il a adhéré au projet dès son lancement. "C'est pour nos bêtes. On prend soin de nos bêtes durant toute leur vie, on a envie d'aller jusqu'au bout". Une manière aussi de répondre, ajoute l'éleveur, aux nouvelles exigences des consommateurs. L'abattoir de Bourganeuf doit ouvrir au début de l'été prochain.