Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2019

Des étudiants Lavallois ont été jurés pour départager des produits charcutiers au salon de l'agriculture à Paris

samedi 2 mars 2019 à 4:01 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

C'est une lourde responsabilité, une décision qui peut changer beaucoup de choses pour un producteur : des étudiants Lavallois ont été jurés pour attribuer ou non des médailles à des produits charcutiers sur le salon de l'agriculture à Paris.

Les étudiants du lycée agricole de Laval ont dégusté des produits charcutiers sur le salon de l'agriculture.
Les étudiants du lycée agricole de Laval ont dégusté des produits charcutiers sur le salon de l'agriculture. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

C'est le dernier week-end pour le salon de l'agriculture 2019 à Paris,  les portes ferment ce dimanche soir. Les derniers concours vont avoir lieu. Il y a bien sur les concours animaux, bovins, ovins, équins, mais aussi les concours de produits, avec les fameuses médailles décernées, de bronze, d'argent ou d'or, attribuées par des jurés. 

Bronze, argent ou or

Parmi les jurés cette année, il y avait des élèves du lycée agricole de Laval, étudiants en BTS production animale. Ils ont été jurés pour les produits charcutiers. Pour ça les étudiants ont été formés au lycée par l'institut du porc

"On regarde d'abord l'aspect, la couleur, et le goût qui nous reste dans la bouche après. Ensuite on a l'odeur, une odeur de rance, une odeur animale, ou une bonne odeur de jambon que nous consommateurs on attend. Et puis il y a la texture, trop sèche, trop molle ou trop pâteuse", explique Alicia Veugeois-Foret. Cette étudiante a dû départager sept jambons de Bayonne. Avec les autres jurés de sa table, elle a décerné deux médailles.

Reportage France Bleu Mayenne

"Si le gras est bien réparti, si c'est fondant, trop élastique, si il y a trop de poivre, de sel", ajoute Camille Gareau. Elle a départagé des rosettes. "S'il y a trop de défauts on sait qu'il ne sera pas médaillé, s'il n'y a que des points positifs, si on est tous d'accords, et bien on dit pourquoi pas une médaille". "On préfère mettre une médaille à un producteur qui le mérite vraiment, qu'à tout le monde, et ça ne servirait plus à rien", explique Camille Gareau.

"On préfère mettre une médaille à un producteur qui le mérite vraiment".

C'est une lourde responsabilité reconnait Thomas Triboy, cet étudiant a dégusté des rillettes : "Ça influence le secteur derrière, donc c'est important d'être le plus objectif possible".

Camille Gareau est étudiante au lycée agricole de Laval.

La dégustation, puis la délibération

Les jurés ne sont pas forcement des professionnels du secteur. Emmanuel Fournier est enseignant au lycée agricole de Laval, à sa table pour déguster des pâtés traditionnels, il y avait des personnes aux profils différents : "il y avait un petit artisan charcutier, quelqu'un du ministère de l'agriculture, et puis un étudiant en médecine qui était là en tant qu'amateur averti. C'était bien", sourit l'enseignant.

Tous on dû trouver un compromis pour attribuer les médailles. "Après la nuance c'est, est-ce qu'on est sur du bronze, une médaille qui va encourager un producteur. Dans le commentaire on va noter les pistes d'améliorations, et puis l'or où on est sur un produit excellent", explique Emmanuel Fournuer.

Chaque groupe de jurés a le droit d'attribuer 30% de médailles aux produits goûtés : deux médailles maximum pour six produits dégustés, trois pour neuf par exemple.