Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des huîtres manchoises interdites à la vente après des intoxications

lundi 12 février 2018 à 15:12 Par Anthony Raimbault, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu

La préfecture de la Manche a décidé lundi d’interdire la pêche et la vente de tous les coquillages en provenance de deux zones de la côte ouest : Pirou sud et Agon nord. Un virus a provoqué plusieurs intoxications.

© Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

La préfecture de la Manche a pris la décision ce lundi d’interdire jusqu’à nouvel ordre la pêche amateur et professionnelle et la commercialisation de tous les coquillages en provenance des zones de production situées au sud de Pirou et au nord d’Agon-Coutainville. 

Tous les produits expédiés depuis le 15 janvier dernier pour Agon-Coutainville et depuis le 24 janvier pour Pirou sud doivent être retirés de la vente et détruits par les producteurs. 

Plusieurs intoxications en France 

Ces mesures ont été prises suite à deux cas d’intoxications collectives. Dans le Var, quatre personnes ont été contaminées après avoir mangé des huîtres. Neuf autres personnes sont tombées malades dans le Maine-et-Loire. Toutes souffrent de désagréments gastriques. 

« C’est un virus épisodique qui n’a pas de lien avec les pollutions que l’on constate malheureusement sur la côte ouest (de la Manche). Ces virus disparaissent en moyenne du milieu après 28 jours. » (Jean-Pascal Devis, DDTM) 

Une soixante de producteurs seront impactés par l’interdiction.