Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des images filmées en Vendée pour dénoncer l'élevage intensif des poulets

jeudi 7 septembre 2017 à 16:42 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

L'association de défense des animaux L214 vient de diffuser une vidéo tournée dans un élevage de poulets de Chantonnay en Vendée. Les images sont choquantes mais finalement classiques de ce qui se passe dans les élevages intensifs selon l'association.

La vidéo de L214 montre des poulets en partie déplumés
La vidéo de L214 montre des poulets en partie déplumés - Capture d'écran de la vidéo de L214

Chantonnay, France

Encore une vidéo tournée dans un élevage de poulets de Vendée qui provoque des réactions outrées. Cette fois, c'est à Chatonnay, dans un élevage sous contrat avec le groupe Doux. L'association de protection des animaux L214 a filmé ces poulets à plusieurs reprises entre le moment de leur arrivée dans l'élevage, quand ils n'étaient que des poussins, jusqu'à leur départ pour l'abattoir. Des images choquantes vues de l'extérieur, mais finalement classiques de ce qui se passe dans ce type d'exploitation selon l'association. Elle s'en sert pour appuyer une pétition contre l'élevage intensif. Attention, certaines de ces images sont difficiles à supporter.

Il y a beaucoup de poulets boiteux et déplumés. Il y a aussi une forte mortalité - L214

Nous sommes là dans une ferme familiale, chez un père et son fils qui élèvent des vaches, des porcs et donc, des poulets. 35.200 poulets qui grandissent, serrés les uns contre les autres, dans un bâtiment sans fenêtre, avec la lumière constamment allumée. Des conditions inadmissibles pour Sébastien Arsac, le porte-parole de L214. "Il y a aussi toutes les conséquences qu'il y a pour leur santé. Beaucoup sont boiteux : ce sont des poulets qui, à cause de la nourriture qui leur est donnée, à cause de leurs conditions d'élevage et de la sélection génétique, grandissent très très vite au niveau musculaire mais l'ossature ne suit pas forcément. Il y a aussi beaucoup de mortalité : des poulets qui ont le l'eau dans les poumons, qui font des arrêts cardiaques... Ça arrive régulièrement dans les élevage intensifs". Ces poulets sont aussi en partie déplumés, à cause de l’ammoniac qui se dégage de la croûte de fientes séchées qui recouvre leur litière de paille. Et une fois les poulets partis à l'abattoir, on découvre ce cadavre, dévoré par les asticots.

Doux annonce une enquête interne

Des images qui "ne reflètent en rien les pratiques d'élevage définies par le groupe", répond Doux dans un communiqué. Personne ne veut parler au micro de France Bleu Loire Océan. Doux qui assure aussi qu'une enquête interne va être menée. Sur son site internet, la défense du bien être animal est mise en avant avec cette promesse : "des animaux traités avec le plus grand respect".

Le groupe Doux n'a souhaité réagir que par voie de communiqué - Aucun(e)
Le groupe Doux n'a souhaité réagir que par voie de communiqué - Capture d'écran du site internet de Doux

Dans tous les bâtiments d'élevage intensif de poulets, on pourrait se retrouver avec la même situation

La réaction de Sébastien Arsac de L214 ? "Les images filmées à Chantonnay auraient pu l'être dans plein d'autres élevages. Et c'est ce que nous voulons dénoncer. Dans tous les bâtiments d'élevage intensif de poulet, on pourrait se retrouver avec la même situation, comme ces poulets boiteux. Selon les études scientifiques, il y a 30% de poulets boiteux dans ce type d'élevages. C'est une situation très standardisée, qui correspond aujourd'hui à une pratique d'élevage. C'est-à-dire que 75% des poulets en France sont élevés dans ces conditions là", assure le porte-parole de l'association.