Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des moissons 2016 "pas bonnes du tout" en qualité et en quantité en Limousin

lundi 25 juillet 2016 à 19:04 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Les agriculteurs du Limousin le pressentaient et ça tend à se confirmer alors que les champs de céréales sont en train d'être moissonnés les uns après les autres : l'année 2016 sera loin de rester dans les annales.

Les moissons battent leur plein en ce moment
Les moissons battent leur plein en ce moment © Radio France - Nathalie Doménégo

Limousin, France

2016 est une année plus que moyenne, si on est gentil, mais carrément mauvaise, si on veut être clair, pour les récoltes de céréales. C'est notamment le cas pour l'orge et le blé. Le constat est valable en Haute-Vienne, où la récolte a commencé un peu avant la Corrèze, et où les agriculteurs ont donc plus de recul pour l'affirmer.

Mauvais en quantité et en qualité

Philippe Pommier, agriculteur à Sauviat-sur-Vige près de Saint-Léonard-de-Noblat, évoque une année "pas bonne du tout". Autant 2015 avait généreuse en céréales et pauvre en foin, autant 2016 est abondante en foin, pas de bonne qualité d'ailleurs, que maigre en céréales. En qualité d'abord, pour l'évaluer on parle de poids spécifique, qui correspond à "la densité de la farine qu'il y a l'intérieur" du grain d'orge ou de blé. "Et quand on le vend, c'est un des paramètres les plus importants. Il faut que la céréale n'ait pas que la peau. L'important, c'est la farine, pas l'enveloppe qui est autour." Or, ce poids spécifique "n'est pas bon du tout cette année", explique-t-il. En cause la pluie du printemps et la maladie qui a suivi. Et en plus d'une mauvaise qualité, la quantité n'y est pas non plus. Pour l'orge, "25 à 30 quintaux par hectare pour les plus bas, très peu ont fait 50, et personne n'a fait au-dessus de 60 chez nous", alors que l'an dernier "on était à 65-70 quintaux".  Du coup, de nombreux agriculteurs n'auront pas suffisamment de grain pour nourrir leurs animaux et devront acheter de l'aliment supplémentaire cet hiver ou à l'automne prochain pour pallier ce manque.