Agriculture – Pêche

Des moutons remplacent les tondeuses à Villeneuve-lès-Avignon

Par Solène Cressant et Fabien Randrianarisoa, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Vaucluse vendredi 11 novembre 2016 à 15:48

Quatre moutons, deux bous et deux chèvres sont au services des monuments historiques de la ville.
Quatre moutons, deux bous et deux chèvres sont au services des monuments historiques de la ville. © Maxppp - Aurelien Morissard

À Villeneuve-lès-Avignon, les tondeuses ont été remplacées... par des moutons ! La société Coop élagage propose des services d'éco-pâturage. Des moutons, des boucs et des chèvres broutent l'herbe de ces monuments historiques depuis un an. Plus de danger pour les hommes ni de nuisances sonores.

À Villeneuve-lès-Avignon, les tondeuses ont été remplacées, par des animaux ! Au fort Saint-André, au fort de la Chartreuse, à la tour Philippe Le Bel, la société Coop élagage propose des services d'éco-pâturage. Depuis un an, des moutons, des boucs et des chèvres broutent l'herbe de ces monuments historiques.

Le centre des monuments nationaux, qui avait testé ce partenariat pour quelques mois, veut le pérenniser et l'étendre, car il y a encore un an, dans l'enceinte du fort Saint-André, on n'entendait que le bruit des tondeuses.

Les chèvres s'occupent du lierre, les moutons de l'herbe

Nicolas Parmegiani les a remplacées par quatre moutons, deux boucs et deux chèvres. Drôle d'équipe, toute en laine et en cornes : "Idéfixe, Force et là-bas, c'est Vitesse... C'est ma fille qui leur a donné ces noms" s'amuse le berger.

Chacun des animaux occupe une fonction bien précise : "Les chèvres sont plus sur le lierre et en hauteur, sur les petits arbustes. Les moutons font plus la tondeuses et restent sur les herbes."

Ce berger au service des monuments historiques est toujours accompagné de son chien Itac, qui lui permet de faire la police dans son troupeau.

"Ils ont leur caractère ! Il y a des dominants et des dominés. Le grand c'est un dominant... il est tellement grand ! Il se sert de sa taille et les petites chèvres le suivent. On a pris des variétés rustiques, ils sont donc moins proches de l'homme."

Moins de pollution et moins de danger pour l'homme

A l'origine de ce contrat entre le fort Saint-André et Coop élagage, Nelly Créaque, technicienne au centre des monuments nationaux.

"On avait les machines, on avait des équipes et au niveau du coût, de la pollution et aussi de la dangerosité du site on s'y retrouve. C'était très difficile d'entretenir donc cette démarche est en adéquation avec la configuration du fort Saint-André."

Non seulement le centre des monuments nationaux économise, mais avec les moutons de Nicolas Parmegianni, la nature reprend ses droits : certaines espèces d'oiseaux reviennent.

Et puis, soyons francs, le gros point fort des animaux, c'est qu'ils ne prennent ni week-end ni congés... et travaillent même les jours fériés !