Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des producteurs de sapins de Noël en plein pic d'activité au beau milieu de l'été

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

C'est assez surprenant, mais c'est le cas au Domaine de Tailly, à Tailly-l'Arbre-à-Mouches à l'ouest d'Amiens. Bénédicte Leclerc de Hauteclocque y produit 6000 sapins par an.

Bénédicte Leclerc de Hauteclocque produit environ 6000 sapins par an
Bénédicte Leclerc de Hauteclocque produit environ 6000 sapins par an © Radio France - Claudia Calmel

L'Arbre à Mouches, Tailly, France

On ne chôme pas en ce moment au Domaine de Tailly. Cette exploitation située à Tailly-l'Arbre-à-Mouches près d’Airaines à l'ouest d'Amiens vendra près de 6000 sapins de Noël au moment des fêtes de fin d’année. Des conifères qui sont commercialisés dès maintenant.

Une pointe d’activité estivale 

Bénédicte Leclerc de Hauteclocque, la gérante de l'exploitation, surveille ses sapins de près pendant l’été. Il faut désherber en arrachant, par exemple, les pousses d'oseille sauvage qui semblent se plaire au pied des sapins. Il y a également un travail de comptage et de sélection pour repérer les plus beaux spécimens.

Il faut également fabriquer les pieds qui supporteront ces arbres de Noël. C’est l’une des missions de Jean-Marc Sévin, l'un des salariés du domaine. Depuis une quinzaine de jours, il fabrique des supports qui permettront au sapin de tenir debout : « Là, je fabrique des croisillons. Entre l’entretien, le taillage et les plantations, les sapins, c’est du boulot à longueur d’année ! »

Jean-Marc Sévin, un des salariés du Domaine de Tailly - Radio France
Jean-Marc Sévin, un des salariés du Domaine de Tailly © Radio France - Claudia Calmel

Une commercialisation précoce

Mais au-delà des travaux liés à la culture des sapins, c'est en ce moment que les jardineries et les supermarchés passent leurs commandes pour Noël.

La période n'est donc pas de tout repos pour Bénédicte Leclerc de Hauteclocque. Cette exploitante agricole (qui est aussi la petite fille du général Leclerc, héros de la Seconde Guerre mondiale) tient les rênes de l’entreprise familiale depuis 2013 : « En ce moment, c’est plutôt de l’activité commerciale puisque les différents magasins préparent leurs réservations. Ça peut même commencer dès le mois de juillet ! Je ne travaillais pas comme ça avant, mais la grande distribution a beaucoup évolué ces dernières années. Les grandes chaînes fonctionnent avec de gros volumes, il faut anticiper. Donc ça démarre curieusement en juillet… Ce qui n’est pas très intuitif sur le papier ! » 

Bénédicte Leclerc de Hauteclocque s'occupe de la commercialisation de ses sapins en août - Radio France
Bénédicte Leclerc de Hauteclocque s'occupe de la commercialisation de ses sapins en août © Radio France - Claudia Calmel

Le prochain gros pic d'activité au Domaine de Tailly est prévu au mois de novembre pour la coupe des sapins de Noël, juste avant leur arrivée chez les consommateurs.

Le Domaine de Tailly est en plein pic d'activité au mois d'août