Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Des travailleurs agricoles payés 5 euros de l'heure travailleraient 7 jours sur 7 en Provence

lundi 2 juillet 2018 à 18:24 Par David Aussillou, France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse et France Bleu

La CGT dénonce le recours à des travailleurs agricoles détachés dans des exploitations des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse. Selon le syndicat, ces hommes et ces femmes subissent de "l'esclavage moderne".

Un travailleur agricole détaché dans une exploitation agricole de Tarascon
Un travailleur agricole détaché dans une exploitation agricole de Tarascon © Maxppp -

PACA, France

Ils sont originaires d'Amérique du Sud ou d'Afrique. Des travailleurs agricoles sont envoyés chaque jour dans les champs et les vergers des Bouches-du-Rhône par des sociétés intérimaires espagnoles. La CGT estime que c'est un recours frauduleux à des travailleurs agricoles détachés. "Nous parlons de personnes humaines en captivité, affirme Stephan Dainotti. Ils travaillent dans des conditions dignes de l'esclavage".

Ni chaussures de sécurité, ni gants

Le syndicat affirme que ces hommes et ces femmes travaillent 11 heures par jour, parfois tous les jours, dans des conditions difficiles et sont renvoyés immédiatement en cas d'accident ou de maladie.  "Ils sont prêts à tout faire, rapporte Franck Ariés, élu CGT dans le Vaucluse. Ils travaillent sans chaussures de sécurité, sans gants. Certains sont victimes d'accidents et se retrouvent sans ressources". 

Des ouvriers payés au mieux 7 euros de l'heure. Parfois moins. De grandes exploitations maraîchères dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse et horticoles dans le Var sont notamment concernées.

En 2014, Terra Fecundis, une de ces sociétés d'interim espagnoles avait fait l'objet d'une enquête ouverte au parquet de Marseille sur des suspicions de "fraude aux prestations de service internationales".