Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendanges précoces dans le Biterrois : une bonne récolte s'annonce malgré un mildiou très agressif

-
Par , France Bleu Hérault

La trentaine de viticulteurs de la cave coopérative de Quarante-Creissan a débuté ses vendanges avec dix jours d'avance. Le rendement des premiers vignes bio est assez bon laissant supposer une récolte de qualité. Pourtant le mildiou a été assez agressif au printemps. Après le doute, le réconfort.

Machine à vendanger dans les vignes de François GARCIA
Machine à vendanger dans les vignes de François GARCIA © Radio France - Stéfane Pocher

Cela ne vous aura pas échappé mais les vendanges ont débuté dans l’Hérault. Pas partout. Elles ont quasiment 10 à 15 jours d'avance selon les domaines. À Quarante, au nord-ouest de Béziers, le ramassage du raisin a débuté lundi. La cave coopérative de vinification de Quarante-Creissan regroupe une trentaine de viticulteurs. Ils exploitent 300 hectares de vignoble dont la moitié est en bio.  

D'ici deux ans la totalité des viticulteurs seront en Bio

Entre 15.000 et 20.000 hectolitres bio de rouge, blanc et rosé en Pays d'Oc et Saint-Chinian sont dégagés par la cave. Cette structure a fusionné avec celle de Creissan en 2002. 

''C'est inquiétant de commencer toujours plus tôt, explique  François Garcia, le président de la cave coopérative de Quarante. Nous avons  des hivers doux, de plus haut printemps et de fortes chaleurs en été. On est dans les extrêmes."

''C'est un truc de dingue. Nous avons une grosse semaine d'avance. Si cela continue nous aurons terminé les vendanges le 15 août'' plaisante François Garcia, le président de la cave coopérative de Quarante

2020, grosse pression du mildiou

La récolte s'annonce assez bonne. Le raisin arrivé à maturité est sain. Pourtant, au printemps, les viticulteurs étaient septiques

Comme en 2018, les viticulteurs ont été victimes cette année du mildiou, conséquence directe des précipitations importantes dans le secteur au printemps. Le traitement à base de cuivre a été renforcé et adapté depuis cette période permettant de traverser cette nouvelle attaque dans de meilleures conditions, en limitant la casse. Son utilisation est réglementée.

"Notre réactivité nous a permis de traiter les 34 hectares d'exploitation dans la journée."

''Cette année, le mildiou a impacté tous les vignobles'. Mais la casse est limitée '' François Garcia, le président de la cave coopérative de Quarante

"Tous les vignobles ont été impactés cette année, ajoute François Garcia. Cela a été très dur. Mais nous étions mieux armés et préparés. La récolte s'annonce bonne."

Sébastien Ortiz exploite 30 hectares, totalement bio depuis 2015, et réalise 1.500 hectolitres par an. Ce jeune viticulteur est lui aussi rassuré. "Nous avons un bon rendement sur les premières vignes. Ce qui nous laisse supposer une bonne récolte." 

''Nous avons sauvé la récolte explique Sébastien Ortiz, viticulteur dans le secteur de Quarante-Creissan

Ici, les professionnels sont passés au bio au début des années 90. Depuis, le nombre de parcelles exploitées en bio n'a cessé de se développer. "Un choix que nous ne regrettons pas", explique François Garcia, le président de la cave coopérative. Tout le monde surfe sur le bio aujourd'hui."

''Le bio , un choix gagnant'' dixit François Garcia, le président de la cave coopérative de Quarante

"Heureusement, nous nous sommes lancés tôt. Les erreurs du passé nous ont permis d'être meilleur aujourd'hui."

Ici, pas de ramassage manuel depuis les années 80. Le bio n'interdit pas l'utilisation de machine à vendanger, à la seule condition de respecter un protocole de nettoyage draconien. Le modèle Braud (photo), très performant et adapté aux coteaux, est en mesure d'exploiter un hectare en l'espace d'une heure et demi à une vitesse de 4 à 5 km/h. Avant, il fallait quasiment une semaine pour vendanger cette superficie. Cinq chauffeurs se relaient sur cette machine de 2h à 17h. Une amplitude horaire importante mais nécessaire.

Cédric Luz exploite 19 hectares. Il n'a pas encore débuté sa récolte. En attendant, il vient épauler François Garcia. Mutualisation des moyens, mais pas uniquement. Car ici, chaque viticulteur se rend disponible pour les vendanges avant d'être à son tour épaulé dès que besoin.

Cédric LUZ achemine avec son tracteur et sa benne les raisins récoltés

Les vendanges devraient durer cinq semaines. Ensuite, les viticulteurs pourront souffler et prendre des congés en espérant que le marché reprenne. Depuis le crise sanitaire, les ventes ont fortement baissé. Toute la filière a été touchée par la fermeture des restaurants, des campings, et l'annulation des festivités.

Reportage France Bleu Hérault

Un tracteur transporte à la cave coopérative de Quarante, une partie des raisins ramassés
Un tracteur transporte à la cave coopérative de Quarante, une partie des raisins ramassés © Radio France - Stéfane Pocher
L'imposante machine à vendanger avance jusqu'à 5km/H dans les vignes de Creissan-Quarante
L'imposante machine à vendanger avance jusqu'à 5km/H dans les vignes de Creissan-Quarante © Radio France - Stéfane Pocher
Choix de la station

À venir dansDanssecondess