Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Deux députés LREM du Berry signent une tribune contre la baisse annoncée des budgets des chambres d'agriculture

-
Par , France Bleu Berry

Ils sont 46 députés LREM à signer une tribune dans le journal Le Parisien, pour dénoncer la baisse annoncée des budgets des chambres d'agriculture. Parmi ces élus, les berrichons François Jolivet (Indre) et François Cormier-Bouligeon (Cher) qui estiment qu'on va fragiliser ces chambres consulaires.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Clemens Bilan

Châteauroux, France

" Est-il raisonnable de fragiliser les chambres d'agriculture alors qu'elles sont des acteurs indispensables pour réussir nos objectifs affichés durant les états généraux de l'alimentation ? " C'est l'une des questions posées par 46 députés LREM qui viennent de signer une tribune dans les colonnes de nos confrères du Parisien. Parmi les signataires, deux députés LREM berrichons : François Jolivet, élu dans l'Indre et François-Cormier-Bouligeon, parlementaire du Cher. Ces élus dénoncent le projet du gouvernement qui prévoit de réduire de 45 millions d'euros le budget des chambres d'agriculture en diminuant de 15% la taxe additionnelle sur le foncier non bâti.  Payée essentiellement par les propriétaires terriens, cette taxe rapporte aujourd'hui 292 millions d'euros aux chambres, soit près de 40% de leur budget. 

Mesure qui risque de fragiliser les chambres d'agriculture et les agriculteurs les plus en difficulté

Pour le gouvernement, cette réduction de  l'enveloppe attribuée aux chambres d'agriculture doit permettre de redonner du pouvoir d'achat aux agriculteurs. Mais pour les députés hostiles à ce projet, inscrit dans le prochain projet de loi de finances, il y a  un risque important à procéder de cette manière : "Alors que les chambres d'agriculture sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs dans la transition écologique, le moment est mal choisi de leur imposer de nouvelles contraintes budgétaires...est-il raisonnable de fragiliser les chambres d'agriculture alors qu'elles sont des acteurs indispensables pour réussir nos objectifs affichés durant les états généraux de l'alimentation ? " Les élus craignent en fait que les chambres compensent cette réduction de leur budget en augmentant leurs prix ou en faisant une croix sur certains services. Une situation qui pénaliserait les agriculteurs les plus en difficulté, ceux qui ont besoin d'être accompagnés.

D'autres solutions existent selon les députés LREM

Les signataires de cette tribune demande "un chiffrage précis de cette mesure" et estiment que si après évaluation, il est avéré que les gains sont insuffisants pour les exploitations et que les chambres sont excessivement affaiblies, "il conviendra d'envisager d'autres solutions". Pour les parlementaires, il y a d'autres options comme solliciter d'autres postes de dépenses sur lesquels faire porter la réduction du déficit, prévoir des mesures de péréquation ou bien, dans certains cas, compenser la réduction de la fiscalité affectée aux chambres, à l'instar de ce que de qui a été décidé pour la taxe d'habitation.

Choix de la station

France Bleu