Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

EN IMAGES - Deux-Sèvres : des chèvres-naines à louer pour débroussailler vos champs

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Depuis un an et demi maintenant, Louise Gautier loue ses chèvres, deux euros par jour, à des particuliers et des entreprises qui souhaitent faire débroussailler leur champs. C'est le concept de l'éco-pâturage et c'est très efficace.

Louise Gautier loue ses chèvres naines pour débroussailler les champs les plus encombrés.
Louise Gautier loue ses chèvres naines pour débroussailler les champs les plus encombrés. © Maxppp - Fanny Bouvard

Fressines, France

Elles sont petites, plutôt mignonnes, mais elles ont un caractère bien trempé et un bel appétit. Les 40 chèvres-naines de Louise Gautier sont à louer pour débroussailler des terrains de particuliers ou d'entreprises. L'éleveuse, installée à Fressinnes dans les Deux-Sèvres, s'est lancée dans l'éco-pâturage en avril 2018. C'est la première dans le Poitou.

Efficacité garantie, pour deux euros par jour et par chèvre

"Elles mangent tout! Des ronces, ligneux, prunelliers... détaille Louise. Tout ce qui est compliqué à enlever". Près de son exploitation, elle a installé cinq chèvres pour un mois. "Il y a 1.500 mètres carrés à débroussailler avec parfois deux mètres de végétation, mais elles vont presque tout manger toutes seules". L’éleveuse avoue avoir été plusieurs fois surprise de l’efficacité de ses bêtes. "Parfois, je viens juste voir comment elles se portent et comme elles ont tout fini, je les ramène à la maison."

Une solution économique, puisque ça revient en moyenne à 0.27 centimes d'euros le mètre carrés, mais surtout les ronces repoussent beaucoup moins après leur passage. "Contrairement à l'option mécanique, les déjections des chèvres nourrissent le sol de telle sorte que souvent de l'herbe pousse ensuite." D'autant que pour bien terminer le travail, Louise fait aussi intervenir ses dix moutons

Des interventions chez des particuliers et dans des entreprises

L'activité de Louise prend forme, même si pour l'instant elle n'en tire pas de revenu. "De fil en aiguille, les particuliers appellent et puis les entreprises aussi, dont j'ai rencontré les jardiniers, souligne-t-elle. J'ai par exemple des chèvres à la MAIF." Son activité prend d'autant plus d'ampleur que la loi limite aujourd'hui fortement l'usage de désherbants