Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Mamie Josette décortique des coquilles Saint-Jacques depuis 35 ans à Dieppe

jeudi 16 novembre 2017 à 17:02 Par Sixtine Lys, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La saison des coquilles Saint-Jacques bat son plein en Normandie. À Dieppe, nous avons rencontré la doyenne des décortiqueuses de coquilles. Celle que tout le monde appelle Mamie Josette ouvre ces mollusques depuis plus de 35 ans.

Mamie Josette envisage d'arrêter à la fin de la prochaine saison.
Mamie Josette envisage d'arrêter à la fin de la prochaine saison. © Radio France - Sixtine Lys

Dieppe

Cinq heure du matin, il fait nuit noire. Les décortiqueuses s'installent dans leur hangar plein de courants d'air. Leur table de travail, leur sac de coquilles, leur couteau, la journée peut commencer. "Tous les jours à 4h du matin, je me lève. C'est une habitude. Je suis rodée, comme dirait l'autre", sourit celle que tout le monde appelle Mamie.

On peut dire qu'elle est habituée Mamie, et ses 35 ans de métier. Décortiquer les coquilles saint Jacques c'est comme une seconde nature. "Vous ouvrez la coquille, je retire le plat, la breuil et le ver, et la coquille est nette."

Tablier ciré, charlotte sur la tête, gants et manches en plastiques, les cinq décortiqueuses s'affairent, les mains rapides, elles sont payées au rendement. "Une bonne main de décortiqueuse, elle fait au moins ses 100 kg de noix par jour. Ça nous fait entre 600 et 700 kg de coquilles entières décortiquées", explique l'une des collègues de Mamie, Valérie.

Les sacs de coquilles pleines sont posés sur leurs tables de travail au fur et à mesure.  - Radio France
Les sacs de coquilles pleines sont posés sur leurs tables de travail au fur et à mesure. © Radio France - Sixtine Lys

Avoir une bonne main, c'est une qualité indispensable pour une décortiqueuse. Et pour ça, c'est chacun sa technique. "On n'a pas toute la même main, il y en a qui sont gauchères, d'autres droitières. Moi je la décortique à plat, et il y en a qui épluchent en relevant, mais moi je n'y arrive pas", reconnait Mamie Josette. "Une fois qu'on a appris la tactique, on ne peut pas changer." Par exemple, Valérie est une droitière qui a appris avec un gaucher.

Difficile pour les cinq décortiqueuses de discuter entre elles avec le bruit des coquilles vides qui tombent dans les coffres.  - Radio France
Difficile pour les cinq décortiqueuses de discuter entre elles avec le bruit des coquilles vides qui tombent dans les coffres. © Radio France - Sixtine Lys

Ouvrir une coquille, ça n'a pas changé, mais les conditions de travail ne sont plus les mêmes qu'à ses débuts. "Là c'est un peu l'usine quand même. Au port, on voyait les marins, les bateaux. C'était agréable, alors que là on est enfermé." Le port, ça manque aussi à sa collègue Marie. "On ne voit pas la mer, c'est dommage. Moi, j'aimais bien. On sortait fumer notre clope ou boire notre café dehors, même si il faisait froid ! Ça manque un peu."

C'est une boute-en-train Mamie"

Peu importe les conditions, tout le monde dans l'entreprise - des bureaux jusqu'à la cour - porte une admiration sans faille à Mamie. "Dieppe, c'est petit, tout le monde la connait. Une femme de cette âge là qui travaille encore, franchement chapeau. J'aimerais bien être être comme elle à son âge. Mais c'est une boute-en-train Mamie. Elle nous fait bien rigoler", nous confie Valérie.

Alexandre, le chef de cour, est le supérieur de Mamie Josette. Il a 36 ans de moins qu'elle. "Elle impose le respect, à 71 ans. Au niveau de ses pesées, elle arrive à battre des jeunes ! Et puis elle me fait penser à ma grand mère. Elle est courageuse, ce petit bout de bonne femme d'1,60 m."

Mamie Josette décortique en moyenne 600 à 700 kg de coquilles Saint-Jacques par jour. - Radio France
Mamie Josette décortique en moyenne 600 à 700 kg de coquilles Saint-Jacques par jour. © Radio France - Sixtine Lys

Et quand on lui demande si elle va s'arrêter un jour... "Certainement l'année prochaine, parce qu'il faut quand même profiter un petit peu de la vie et que je m'en irai quand même sur 73 ans. Mais ça ne me dit pas trop pour le moment."

France Bleu Normandie est en direct de la Foire aux harengs et à la coquilles Saint-Jacques à Dieppe ce samedi 18 novembre.