Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dordogne : des moissons plus tardives et moins bonnes cette année

mardi 26 juillet 2016 à 20:17 Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord

Les moissonneuses-batteuses tournent à plein régime en ce moment dans les champs de Dordogne. Les moissons ont pris un peu de retard cette année, la faute en partie à un printemps pluvieux. La qualité des récoltes n'augure malheureusement rien de très bon.

La moissonneuse-batteuse tourne à plein régime en ce moment.
La moissonneuse-batteuse tourne à plein régime en ce moment. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Dussac, France

Le mois d'août approche et pourtant les agriculteurs sont encore dans les champs à moissonner. "L'année dernière au 14 juillet, on avait tout récolté... orge, blé, triticale... les machines étaient à l'abri...", raconte Olivier Gaillard, éleveur et céréalier à Dussac, en Périgord vert.

Olivier Gaillard craint une récolte moins bonne cet été qu'en 2015. - Radio France
Olivier Gaillard craint une récolte moins bonne cet été qu'en 2015. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

 Un printemps pluvieux

Chaque année, la date des moissons peut varier, en partie à cause de la météo. Les agriculteurs en sont extrêmement tributaires et cette année, le printemps pluvieux a eu un impact sur la récolte. "On est sur une récolte qui présente bien niveau taille, mais le problème c'est que l'excès d'eau du printemps a mis la culture par terre", explique Nicolas Gaillard, associé de son frère sur l'exploitation.

Baisse des rendements cet été

Les céréales perdent ainsi en qualité, "parce que le grain n'est pas nourri comme il faut."  Mais c'est aussi et surtout une perte de rendement pour les agriculteurs, "c'est le signe de la mauvaise année", pour Nicolas.

La moissonneuse-batteuse peut récolter jusqu'à 1 hectare de céréales en une heure. - Radio France
La moissonneuse-batteuse peut récolter jusqu'à 1 hectare de céréales en une heure. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Après la moisson, les éleveurs vont se heurter au problème de la commercialisation de leurs récoltes. Les grains de mauvaise qualité sont plus difficiles à vendre aux coopératives, et puis surtout le marché des céréales est "un marché très concurrentiel au niveau mondial, alors que ce sont les critères de qualité qui font le prix de la récolte", reconnaît-il.

Ils récoltent environ 150 tonnes chaque année pour fourrager leur bétail, et vendent le reste. - Radio France
Ils récoltent environ 150 tonnes chaque année pour fourrager leur bétail, et vendent le reste. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Leur récolte de cet été leur suffira pour nourrir leur bétail - 65 vaches limousines et 300 brebis - avec le triticale et l'orge, mais les agriculteurs auront moins d'excédents pour vendre. "Quand on va attraper la calculatrice pour faire les comptes, il pourrait manquer jusqu'à 500 à 600 euros par hectare au minimum." Ils s'attendent alors à une grosse perte de marge brute et à un prix de vente inférieur, jusqu'à 30% moins élevé que l'année dernière.  

REPORTAGE | Dans la moissonneuse-batteuse de Nicolas et Olivier Gaillard à Dussac.