Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dordogne : des truffes décevantes au premier marché de la saison

lundi 28 novembre 2016 à 15:06 Par Fanette Hourt, France Bleu Périgord et France Bleu

Le premier marché aux truffes de la saison a ouvert ce lundi matin à Sainte-Alvère. En vedette : la fameuse truffe noire du Périgord, qui a pâti de la météo de ces derniers mois.

Les premières truffes de la saison, au marché de Sainte-Alvère.
Les premières truffes de la saison, au marché de Sainte-Alvère. © Radio France - Fanette Hourt

Dordogne, France

Le marché aux truffes de Sainte-Alvère, le premier de la saison, et l'un des plus réputés de France pour la vente de la fameuse Tuber melonasporum, a ouvert ce lundi matin. Les producteurs ont pu y présenter leur première récolte, qui était loin d'être la meilleure : près de dix kilos ont été vendus, deux fois moins que l'an dernier. Trois kilos ont même dû être détruits, car ils étaient invendables.

Les premières truffes sont un peu décevantes.

"C'est un premier marché qui n'est pas extraordinaire, mais c'est normal, c'est le début de la saison", explique Patrick Maxime, le commissaire général du marché de Sainte-Alvère, chargé avec son équipe d'évaluer la qualité des truffes. "Les truffes sont plus ou moins mûres et elles ont plus ou moins de parfum. Il faut attendre un peu."

Les commissaires en pleine inspection. - Radio France
Les commissaires en pleine inspection. © Radio France - Fanette Hourt

"Ce n'est pas étonnant"

La plupart des producteurs s'attendaient à avoir une mauvaise première récolte. "Pour le premier marché, on n'est pas surpris, c'est normal qu'il y en ait beaucoup abîmées", raconte avec philosophie Jacques Mathieu, producteur à Sainte-Alvère. "Elles sont mal veinées, elles sont pratiquement blanches encore, alors que normalement, elles sont marbrées".

Jacques Mathieu, trufficulteur à Sainte-Alvère.

Cela est notamment dû à la sécheresse de cet été. Les températures trop élevées ont en effet stoppé la croissance des truffes. Mais Jacques Mathieu n'est pas inquiet : "Il semblerait que la pluie du mois d’octobre nous apporte une réussite sur la fin de la saison. On est plusieurs anciens à penser cela, mais ce n'est pas garanti."

Un avis d'ailleurs partagé par plusieurs professionnels présents sur le marché. La plupart estime qu'il faudra attendre décembre, voire janvier ou février pour manger de meilleures truffes, à condition que Dame Nature soit de leur côté, et qu'elle apporte du froid sans trop de pluie.

Vendues en dix minutes

Cependant, cela n'a pas empêché les truffes de ce premier marché de se vendre très rapidement, comme toujours. En dix minutes, il n'y avait plus rien. Les champignons sont partis à des prix avoisinant 650 euros le kilo pour la catégorie 1 (la meilleure) et 400 euros le kilo pour la catégorie 2. Cela n'a rien d'un prix exorbitant pour des truffes.

Le premier marché de gros aux truffes aura lieu ce mercredi à Sarlat. Celui de Brantôme va se tenir vendredi. Ils donneront de nouvelles indications sur la qualité et le prix de vente de la truffe noire du Périgord.