Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : l'association Prom'haies accompagne les agriculteurs dans la plantation de haies

-
Par , France Bleu Périgord

L'association Prom'haies a déjà accompagné 75 porteurs de projets pour installer des haies. Une majorité d'agriculteurs mais aussi des collectivités et des particuliers. Des haies qui permettent de rafraîchir l'air, de stocker l'eau et d'amener la biodiversité.

Grégoire Rousseau, viticulteur à Carsac-de-Gurçon au centre, avec Alexandre Brochet de l'association Prom'haies
Grégoire Rousseau, viticulteur à Carsac-de-Gurçon au centre, avec Alexandre Brochet de l'association Prom'haies © Radio France - Corinne Duval

Et si vous plantiez une haie ? L'association Prom'haies accompagne les agriculteurs, les collectivités et les particuliers dans la plantation de haies. Une association née en Poitou-Charentes, du constat de la disparition des bocages, et qui s'est implantée en 2018 en Dordogne. Depuis, 19 km de haies ont été plantées. 32 000 jeunes plants installés et déjà 75 porteurs de projets dont 61 agriculteurs qui ont bien compris l'intérêt des haies et des bosquets sur leurs parcelles. Elles amènent fraîcheur, de l'eau et la biodiversité.  

Générer de la biodiversité pour des sols plus vivants

Grégoire Rousseau est propriétaire du Domaine des coquelicots au pied du château de Gurçon, sur la commune de Carsac-de-Gurçon. Il possède 8 ha en bio et il fait appel au technicien de Prom'haies qui réalise avec lui, sur le terrain, un diagnostique technique. Grégoire veut une haie entre la route et sa vigne et entre les différentes parcelles. D'autres parcelles sur le secteur de Villefranche sont déjà entourées de haies sur lesquelles "on a constaté un équilibre. Plus le sol est vivant, plus les racines peuvent descendre et plus on aura l'aspect terroir." "C'est aussi la continuité pour l'exploitation en agriculture biologique, où l'intérêt, c'est d'avoir un maximum de biodiversité sur nos sols sur nos terroirs et sur le paysage parce que ça en fait partie." 

Il le dit avec le sourire, Grégoire Rousseau veut un maximum de "bestioles qui traînent" près de ses vignes. Les arbres gardent l'eau, filtrent l'eau, stockent du carbone qu'ils restituent dans les sols, ils rafraîchissent l'air. "L'arbre est une véritable pompe à eau" dit Alexandre Brochet, le technicien agro-forestier de chez Prom'haies. "C'est un repère à bestioles bien utile pour chasser les parasites. "L'idée c'est de créer des repères spatiaux pour faire progresser les populations de chauves-souris pour qu'elles puissent être au plus près de la vigne et réguler certains ravageurs."

Des aides à hauteur de 70%

Et retrouver cette sagesse d'antan où les bosquets ponctuaient les lopins de terrain, coupant le vent. Grégoire Rousseau va planter une haie de 400 mètres, de grands arbres mais aussi d'arbustes et de buissons. Un budget prévisionnel de 2 000 euros mais un reste a payer de 600 euros avec les subventions de la région Nouvelle Aquitaine.

Il faut laisser le temps au temps pour la nature et attendre 10 à 15 ans avant que la haie soit totalement fonctionnelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess