Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dordogne : la ferme des 800 veaux inquiète des habitants du Change

dimanche 28 octobre 2018 à 17:49 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Au Change, près de Périgueux, un élevage de veaux entend s'agrandir et passer de 378 à 800 bêtes. Des modifications qui inquiètent une poignée de riverains. Ils ont écrit à la préfète et lancé une pétition.

800 veaux seront élevés dans cette exploitation. (Illustration)
800 veaux seront élevés dans cette exploitation. (Illustration) © Maxppp - Maxppp

Le Change, France

Après la ferme des 1.000 vaches dans la Somme, celle des 1.000 veaux dans la Creuse, voici le projet des 800 veaux en Dordogne. Un agrandissement d'exploitation envisagé par l'entreprise Bayle au Change à l'est de Périgueux sur la commune nouvelle de Bassillac-et-Auberoche.

Des craintes à cause du bruit et de l'odeur

Un projet qui provoque l'inquiétude de quelques voisins et habitants de la commune. Depuis la mi-octobre ils ont décidé de se mobiliser pour empêcher l'agrandissement des bâtiments. 

A vol d'oiseau Cathy habite à moins de 500 mètres de l'exploitation en question. "Ça va être une grande bâtisse avec trois grands silos. Des haies ont été prévues mais ça n'arrêtera pas les odeurs, ni les mouches. Nous habitons à la campagne et nous avons une jolie vue. Là elle va être un peu gâchée par ces silos," explique Cathy. "C'est un élevage en batterie. A 4h du matin j'entends déjà les pauvres bêtes qui beuglent et j'imagine qu'avec deux fois plus de bêtes ça va être pire."

Un projet à contre-courant pour certains

Le bruit et l'odeur. Cathy appréhende. Jusque là elle supportait ces désagréments mais le doublement de la surface d'exploitation lui fait peur. Anthony Galindo lui est agriculteur bio. Éleveur de cochons et poulets il s'oppose au projet pour des questions éthiques. "Ce n'est pas un projet d'agriculture durable. Dans vingt ans on dira que c'était une bêtise mais ce sera trop tard. Il faut faire attention au réchauffement climatique mais là il va y avoir de fortes quantités de méthane qui vont être dégagées. Ça n'a pas de sens."

Dominique Lacoste habite à quelques centaines de mètres de la ferme. "Je ne comprends pas que l'on puisse concevoir l’agriculture ainsi. On s'interroge sur la possibilité d'inondations. Dans le projet il n'y a pas de détails sur la façon dont on préserve les animaux. On s'inquiète aussi pour l'épandage. C'est une nuisance pour l'environnement en général."

Une lettre ouverte à la préfète

Une consultation publique a eu lieu pendant un mois elle a permis aux habitants d'exprimer leurs inquiétudes. Une pétition a recueilli 80 signatures. Le projet semble dans les clous. Le maire ne le conteste pas. Les opposants ont tout de même adressé une lettre ouverte à la préfète pour faire part de leurs inquiétudes. Ils précisent en préambule que ce n'est pas une opposition à l'agriculture en général, mais à un certain type d'agriculture.  Certains sont installés dans la commune depuis plus de 20 ans. 

De son coté, l'exploitante ne souhaite pas s'exprimer tant que le projet est en instruction par les services de l'Etat.