Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : le sanglier classé "nuisible" pour pouvoir être chassé jusqu'à la fin du mois de mars

-
Par , France Bleu Périgord

Alors que la chasse aux sangliers doit prendre fin à la fin du mois de février en Dordogne, la préfecture prend un arrêté pour classer l'animal comme "nuisible" afin d'autoriser sa chasse jusqu'à la fin du mois de mars sur autorisation.

Les battues seront autorisées jusqu'à la fin du mois de mars sur autorisation.
Les battues seront autorisées jusqu'à la fin du mois de mars sur autorisation. © Radio France - Emmanuel Claverie

Près de 12.500 sangliers ont été abattus depuis l'ouverture de la chasse cette année en Dordogne. Un chiffre en augmentation par rapport à l'an dernier. Mais ce nombre important de prélèvements ne permet pas de préserver suffisamment les cultures des agriculteurs qui subissent des dégâts.

La chasse au sanglier doit prendre fin le jeudi 28 février mais le préfet de la Dordogne, après concertation avec le président de la chambre d'agriculture et le président de la fédération départementale des chasseurs, a décidé de prendre un arrêté pour poursuivre cette chasse jusqu'au 31 mars. Pour cela, il est en revanche nécessaire de classer l'animal comme espèce "nuisible." Chaque société de chasse qui souhaiterait organiser une battue devra en faire la demande auprès de la direction départementale des territoires. 

Une mesure déjà prise en 2017

Cette mesure avait déjà été prise en 2017 mais n'avait pas été reconduite en 2018. "Nous avions eu le sentiment que suffisament de prélévements avaient été réalisés mais ce n'était pas le cas, voilà pourquoi cette mesure est prise cette année. Dans les secteurs proches des villes il est très compliqué de chasser et ces secteurs sont des pépinières pour les sangliers," explique Michel Amblard, le président de la fédération départementale des chasseurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu