Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Dordogne : les agriculteurs émus par le film "Au nom de la terre" d'Edouard Bergeon

-
Par , France Bleu Périgord

Plus d'une centaine de personnes ont assisté ce mardi 17 septembre à l'avant-première du film "Au nom de la terre" organisée par la MSA au cinéma Roc de Terrasson en Dordogne. Parmi elles, de nombreux agriculteurs ou retraités agricoles, émus par l'adaptation sur grand écran de cette histoire vraie.

Le film "Au nom de la terre" traite d'un sujet délicat: le suicide des agriculteurs
Le film "Au nom de la terre" traite d'un sujet délicat: le suicide des agriculteurs © Radio France - Emmanuel Claverie

Terrasson-Lavilledieu, France

La salle du Ciné Roc de Terrasson vient tout juste de se rallumer, et les spectateurs ne se bousculent pas vraiment pour prendre part au débat proposé par la MSA, à l'initiative de cette avant-première. Composé essentiellement d'agriculteurs de tous âges et de retraités de l'agriculture, le public, un peu plus d'une centaine de personnes au total, est encore tout retourné. Il faut dire que le film "Au nom de la terre" raconte une histoire bouleversante. Celle du père du réalisateur Edouard Bergeon, éleveur de chevreaux écrasé par les dettes, qui met fin à ses jours en avalant des pesticides. Un rôle incarné à l'écran par l'acteur Guillaume Canet.

Plus d'une centaine de personnes, parmi lesquelles beaucoup d'agriculteurs ont assisté à l'avant-première du film "Au nom de la terre" d'Edouard Bergeon - Radio France
Plus d'une centaine de personnes, parmi lesquelles beaucoup d'agriculteurs ont assisté à l'avant-première du film "Au nom de la terre" d'Edouard Bergeon © Radio France - Emmanuel Claverie

Difficile pour beaucoup de ne pas s'identifier au héros du film

"J'ai été beaucoup secouée" reconnait Bernadette, 81 ans, venue de Chavagnac. Elle qui pendant 50 ans a trait des vaches s'inquiète aujourd'hui pour son fils et son petit-fils qui ont repris la propriété. Son petit-fils notamment a construit un bâtiment de 300.000 euros pour élever des veaux sous la mère. "Tant que ça marchait très bien c'était impeccable explique-t-elle, mais là il s'est vraiment endetté, et c'est vrai qu'ils n'ont pas le moral". 

Difficile c'est vrai de ne pas s'identifier estime de son côté Pierre, un jeune éleveur de bovins pour la viande à Marcillac-Saint-Quentin.  "Ça fait forcément un peu peur parce que nous sommes tous dans cette situation-là" explique-t-il. "On a investi, on a une pression sur le dos, donc on aimerait bien vivre de notre métier et ne pas avoir à en arriver là" poursuit le jeune homme qui dénonce au passage "l'agri-bashing" dont sa profession fait, selon lui,  l'objet en permanence.

Très touché également, Thierry, éleveur bovin à Plazac se félicite-lui de voir le sujet du suicide des agriculteurs abordé ouvertement. "Je pense qu'il faut briser les tabous aujourd'hui explique-t-il. Là on parle de deux agriculteurs qui se suicident chaque jour en France. C'est grave, on ne pèse plus beaucoup sur nos terres et il faut en parler. Ce n'est pas en taisant l'affaire que nous allons régler le problème" conclut-il.

Le film "Au nom de la terre" sortira en salle le mercredi 25 septembre.

Choix de la station

France Bleu