Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Dordogne : les producteurs d'agneaux IGP du Périgord sont inquiets à la veille des fêtes de Pâques

-
Par , France Bleu Périgord

C'est le plat traditionnel des fêtes de Pâques. Certains éleveurs périgourdins d'agneaux IGP du Périgord écoulent près de la moité de leur production à cette période de l'année. Mais avec le confinement, les repas de famille vont se faire rares, et les ventes d'agneaux risquent d'en pâtir.

L'IGP "Agneau du Périgord" concerne la Dordogne et une partie du Lot, du Lot-et-Garonne et de la Corrèze
L'IGP "Agneau du Périgord" concerne la Dordogne et une partie du Lot, du Lot-et-Garonne et de la Corrèze © Maxppp - Jean-Luc Flémal BELPRESS/MAXPPP

Le Périgord, ses oies, ses canards, ses poulets, ses veaux sous la mère et... son agneau. On l'oublie parfois mais l'agneau du Périgord est une production traditionnelle au sein des exploitations périgourdines et bénéficie d'une IGP (Identification géographique protégée) et d'un label rouge. 106 producteurs élèvent un peu plus de 18.000 brebis et produisent un peu plus de 7.600 agneaux chaque année, sur un territoire défini qui comprend la Dordogne, mais également les cantons limitrophes du Lot, du Lot-et-Garonne et de la Corrèze. Et à la veille des fêtes de Pâques, nombre d'entre-eux ne cachent pas leur inquiétude.

Moins de repas de famille à cause du confinement

Car le confinement imposé aux Français depuis le 17 mars en raison de la pandémie de coronavirus, risque d'avoir des conséquences sur les ventes."Il faut dire que l'agneau est le plat traditionnel des fêtes de famille à Pâques, et que certains éleveurs périgourdins écoulent à cette période jusqu'à la moitié de leur production" rappelle Magali Chevalier, éleveuse à la Roche-Châlais et présidente de l'AEROVLA association qui représente deux IGP label rouge, "Agneau de lait des Pyrénées" dans les Pyrénées Atlantiques et "Agneau du Périgord" en Périgord.

Des actions mises en places 

Du coup l'Association régionale des éleveurs ovins viande et lait d'Aquitaine a préféré prendre les choses en main en mettant en place des actions pour pouvoir "sortir les agneaux des bergeries". Car passé 180 jours, l'agneau du Périgord est trop âgé pour pouvoir bénéficier de l'IGP et perd une grande partie de sa valeur marchande. 

"Sur le Périgord, avec la coopérative Univiandes, nous faisons donc de la vente directe d'agneau en caissettes explique Magali Chevalier. Les éleveurs contactent leurs réseaux personnels et mettent en place par exemple un système de drive à la ferme. Entre les bouchers et certaines grandes et moyennes surfaces qui ont bien joué le jeu la semaine dernière sur les commandes d'agneau, et la vente directe de caissettes, cela a permis de sortir tous les agneaux annoncés par les éleveurs".

De plus en plus de livraisons à domicile 

Éleveur de quelque 800 brebis à Lyorac-sur-Louyre dans le Bergeracois, Hugues De Froment a eu lui aussi "la chance de pouvoir tout écouler en vente directe pour laisser de la place à ses confrères au sein de la coopérative, car tous n'ont pas forcément un réseau qui leur permet de vendre en dehors". 

L'éleveur, qui écoule environ 20% de sa production à Pâques, a ainsi pu vendre 18 agneaux sur Bordeaux et en vendra prochainement sur Bergerac, avec déjà une dizaine de bêtes réservées. 

Hugues De Froment faisait déjà un peu de livraison à domicile sur la région depuis un an mais, dans le contexte du coronavirus, reconnaît avoir dû s'adapter rapidement. "On a dû saisir les opportunités qui s'offraient à nous explique-t-il. Jusqu'à maintenant, on ne pouvait pas livrer Bordeaux à domicile par exemple, parce que c'était très difficile de circuler dans Bordeaux habituellement; là en période de confinement, j'ai pu livrer 36 personnes de porte à porte en un après-midi, parce que les rues sont complètement vides". 

Hugues De Froment qui rappelle que les particuliers ont un rôle à jouer pour soutenir la filière. "Il suffit de se rendre sur la plateforme de producteurs mise en place sur le site internet de la Chambre d'agriculture de la Dordogne pour trouver la liste des professionnels et passer les commandes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess