Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Faut-il s'inquiéter des conséquences de la douceur hivernale sur l'arboriculture ?

-
Par , France Bleu Vaucluse

La douceur exceptionnelle de ce début de semaine ne devrait pas durer. C'est plutôt une bonne nouvelle pour les arboriculteurs provençaux car les arbres fruitiers ont encore besoin de températures de saison, c'est à dire voisines d'une dizaine de degrés. La vigilance s'impose !

Ces arbres fruitiers souffriront-ils de la douceur hivernale exceptionnelle ? Réponse dans quelques semaines
Ces arbres fruitiers souffriront-ils de la douceur hivernale exceptionnelle ? Réponse dans quelques semaines © Radio France - Daniel Morin

Le Vaucluse a enregistré ce lundi des températures d'une douceur exceptionnelle pour un 3 février, largement supérieures aux normales de saison. Une preuve de plus du réchauffement climatique, assurent les spécialistes de Météo France. Les mois de décembre et janvier étaient déjà considérés comme le deuxième début d'hiver le plus chaud depuis au moins 1900 ! Certains s'en réjouissent bien sûr (les propriétaires de terrasses ou les ouvriers sur les chantiers), mais d'autres s'en préoccupent à l'image des arboriculteurs.  

Faut-il s'inquiéter pour la suite de la campagne ? 

"Il est trop tôt pour le dire", leur répond Guilhem Sévérac, conseiller expert en arboriculture fruitière à la Chambre d'agriculture de Vaucluse. Les arbres, et particulièrement les abricotiers, ont encore besoin d'une période de froid. La poursuite du redoux réveillerait la végétation trop tôt sachant que le gel guette toujours en fin d'hiver. 

"Il ne faut pas s'inquiéter, mais il faut rester très vigilant", conseille le technicien de la Chambre d'agriculture.  L'inquiétude viendrait plutôt de l'accumulation des phénomènes de dérèglement : fortes pluies, tempêtes de vent, canicule, sécheresse... Les arbres n'y comprennent plus rien. Ils ne sont pas les seuls... 

Guilhem Sévérac : " il vaut mieux que le froid se prolonge"

Guilhem Sévérac : " c'est l'ensemble des événements exceptionnels successifs qui doit nous interpeller"

Guilhem Sévérac conseiller expert à la Chambre d'agriculture de Vaucluse  - Radio France
Guilhem Sévérac conseiller expert à la Chambre d'agriculture de Vaucluse © Radio France - Daniel Morin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu