Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : les abricotiers sont en fleurs, les producteurs s'inquiètent du risque de gel

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les arboriculteurs des Baronnies Provençales (Drôme) espèrent ne pas subir à nouveau le gel dévastateur de ces quatre dernières années. Les abricotiers sont déjà en fleurs. Une dizaine de jours d'avance par rapport à d'habitude.

Les abricotiers de Yohan Truphémus en fleurs à Eygaliers dans les Baronnies Provençales (Drôme)
Les abricotiers de Yohan Truphémus en fleurs à Eygaliers dans les Baronnies Provençales (Drôme) - Yohan Truphémus

L'hiver a été rude. Les arboriculteurs pensaient que la végétation mettrait un peu de temps à se réveiller. Mais les quelques chaleurs de février ont suffi : les abricotiers sont en fleurs, avec une dizaine de jours d'avance.  "On n'arrive plus à avoir de floraison après le 15 mars avec le réchauffement climatique. Début mars, c'est devenu la nouvelle norme" constate Franck Bec, le président du syndicat de l'abricot des Baronnies Provençales.

Yohan Truphémus cultive une dizaine d'hectares d'abricots à Eygaliers. Il surveille la météo : "ça génère pas mal d'inquiétudes. Tant que le mois de mai n'est pas passé, les risques de gel sont très importants. Donc plus la végétation va démarrer tôt, plus la période à risque va être longue. Il va falloir être vigilant, protéger avec les bougies. Mais les bougies ont un coût, donc moins il faudra les allumer la nuit, mieux ce sera." La période la plus risquée, c'est quand l'arbre est au stade "petit fruit" : à ce moment là, des températures à peine négatives peuvent endommager la récolte. Les arboriculteurs croisent les doigts. Pour l'heure, la floraison est abondante.

Un dossier d'IGP toujours en cours

Ils sortent de quatre années compliquées avec des récoltes dévastées par le gel : jusqu'à 80% de pertes le printemps dernier. Mais ils ne se découragent pas pour autant, persistent avec l'abricot et continuent leur démarche pour obtenir une Indication Géographique Protégée.

"On y croit" insiste Franck Bec, le président du syndicat de l'abricot des Baronnies : "notre dossier IGP avance. On est un noyau d'agriculteurs à travailler énormément dessus. On sait très bien que si on n'a pas de gel et si on a une grosse récolte, vue la concurrence étrangère, on aura du mal à aller sur le marché et à valoriser nos abricots sans être reconnus en IGP. C'est pour ça qu'on est très très motivés. On a quand même passé 15 ans sans gel dans les Baronnies, on a eu la catastrophe pendant 3 ou 4 ans. Les gens ont beaucoup arraché leurs vieux vergers, gardé les nouveaux et ils attendent un peu de trésorerie pour planter à nouveau avec des variétés peut-être plus tardives, moins gélives, et des variétés rouge surtout, dans le sens de l'IGP." 

Le syndicat de l'abricot des Baronnies espère avoir obtenu l'IGP en 2024. Les arboriculteurs du secteur ont par ailleurs toujours diversifié leurs cultures, produit de la pêche, pomme, poire, olives à côté de l'abricot, pour amortir la casse si besoin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess