Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Du beurre creusois et auvergnat débarque dans les supermarchés

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Pays d'Auvergne

Du beurre de montagne sur nos tartines. 700 producteurs laitiers du Massif Central associés à la marque "Mont Lait" se lancent dans la production de plaquettes "doux" et "demi-sel". Un beurre fabriqué en Creuse à la laiterie d'Auzances destiné à conquérir tout le marché français.

Cathy Cluzel et Pascal Leclercq , éleveurs laitiers vont à la rencontre des consommateurs
Cathy Cluzel et Pascal Leclercq , éleveurs laitiers vont à la rencontre des consommateurs © Radio France - Olivier Estran

Creuse, France

Après les packs de lait et le fromage à raclette, voici le beurre de la marque "Mont Lait". Un nom qui regroupe environ 700 producteurs laitiers répartis dans 7 départements du Massif Central , dont une trentaine d’éleveurs dans la Creuse. 

La production de ce beurre vient de débuter à la laiterie d'Auzances, dans les Combrailles. Des éleveurs sont allés le faire goûter en avant-première au supermarché Casino de Boussac. L'occasion d'expliquer leur métier aux consommateurs.

"Il est hyper-bon" commente Souleyman 9 ans, qui le mettrait bien au quotidien sur des tartines ou des crêpes. 

Test concluant aussi pour Sophie, qui glisse une plaquette dans son sac de course " Pourquoi ? parce qu'on en marre des produits qui viennent de trop loin, on pense à l'environnement et on veut savoir ce que l'on mange."

"Du beurre creusois ? ça existe déjà sourit Boris, _on peut en trouver en mottes  au marché du coin, mais là ce qui est intéressant ce qu'_il sera dans les rayons des supermarchés."

Le beurre Mont Lait - Radio France
Le beurre Mont Lait © Radio France - Olivier Estran

3 euros 15 la plaquette

Ni l'un, ni l'autre ne sont freinés par le prix, plus élevé qu'un beurre classique.

"C'est vrai il est un peu plus cher, mais je suppose qu'il a plus de goût , plus de qualité .. et qu'il y'a plus de travail " estime Sophie . 

"Oui, chez nous il faut 22 litres de lait pour faire un kilo de beurre" , lui répond Pascal Leclercq. Cet éleveur installé à Saint Bard à la limite de la Creuse et du Puy-de-Dôme tient à répondre aux questions des clients.    

"Déjà, on a un retour sur le prix , car nous appartenons à l'Association des Producteurs de Lait de Montagne. Sur le prix  du litre de lait "Mont Lait" notre marge est de 10 centimes: une partie de cette marge sert à faire fonctionner l'association, et _5 à 6 centimes reviennent au producteur_. Et puis, on est sûr de notre produit avec un élevage quasiment tout à l'herbe. On est sur un produit local, de Montagne. On ne peut pas trouver mieux" sourit-il.

La arque "Mont Lait" regroupe des éleveurs familiaux - Radio France
La arque "Mont Lait" regroupe des éleveurs familiaux © Radio France - Olivier Estran

Des élevages à taille humaine 

"Si vous trouvez ce prix un peu élevé, sachez que _je vends aujourd'hui mon lait au même prix qu'il y'a 30 ans_, poursuit Pacal Leclercq. Avoir fondé cette marque locale doit nous aider a nous en sortir. Les primes se réduisent comme peau de chagrin, alors ce beurre nous donne un peu d'espoir."

"Nos élevages sont des élevages familiaux : ma collègue installée à Mérinchal possède 75 vaches laitières, moi j'en ai 60. Dans les deux cas, on travaille avec nos fils qui vont nous succéder. Faire le choix de cette marque, c'est défendre des eleveurs de montagne. Nous sommes de moins en moins nombreux. Si on disparaît , il ne restera que des fermes dites industrielles."

La laiterie d'Auzances débute la fabrication avec une production de 50 tonnes de beurre. Un tonnage qui pourrait être revu à la hausse selon la demande. 

"On va tenter d’être présents dans tous les supermarchés à travers la  France " affirme Pascal Leclercq "Mon rêve serait de vendre même notre beurre en Bretagne." conclut-il en riant.