Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Du local et du bio dans les cantines de Nîmes

lundi 3 décembre 2018 à 19:38 Par Romeo Van-Mastrigt, France Bleu Gard Lozère

La cuisine centrale de Nîmes sert 30% d'aliments bio et travaille avec 16 agriculteurs gardois.

Un aperçu de ce que peuvent manger les enfants nîmois à la cantine
Un aperçu de ce que peuvent manger les enfants nîmois à la cantine © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Nîmes, France

Les pensionnaires des cantines nîmoises sont gâtés : les 54 restaurants scolaires de la ville servent tous les jours plus de 7.500 repas, cuisinés à partir d'ingrédients locaux. En tout, ce sont 16 producteurs gardois qui fournissent fruits, légumes, féculents, viandes ou fromages du coin. Plus de 30% des aliments sont bio, tandis qu'en France, seulement 2,9% de la nourriture distribuée dans les cantines est certifiée bio. Une fierté pour la ville de Nîmes. 

la carte des producteurs gardois - Aucun(e)
la carte des producteurs gardois - Ville de Nîmes

169 tonnes de produits gardois

Les aliments sont livrés la veille ou le jour même. Au menu du jour : de la coleslaw. Les carottes ont été amenées le jour même par Christophe Carreton, producteur de légumes à Meynes (Gard) : "j'ai été sollicité par la Chambre d'Agriculture pour livrer local, l'initiative m'a séduit même si les quantités sont peu élevées. C'est la démarche qui m'a plu". Tous les ans, la cuisine centrale de Nîmes achète 169 tonnes de produits gardois. Les aliments ne dépassent pas un rayon de 250 kilomètres. On retrouve par exemple du fondant de Lozère, des lentilles de Saint-Gilles ou des abricots de Beaucaire. 

"Nos enfants mangent mieux"

"On a de la chance dans le Gard, on est un vrai verger, alors mieux vaut se servir chez nous", confie Anne-Sylvie Charmasson, la responsable Restauration à la ville de Nîmes. "On s'aperçoit que nos enfants mangent mieux et au kilomètre zéro. Le tout avec une agriculture raisonnée et biologique", renchérit Dominique Granier, le président de la Chambre d'Agriculture.

Mais tout ça a un prix : la ville investit plus de 6 millions d'euros tous les ans dans ses cantines. C'est cher pour les non-Nîmois : environ 12 euros. Pour les familles Nîmoises, le repas coûte de 1 à 7 euros selon les revenus des parents.