Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Du munster pour soutenir les agriculteurs dans le Territoire de Belfort

vendredi 26 août 2016 à 6:10 Par Gil Rebecca, France Bleu Belfort-Montbéliard

En pleine crise agricole, le président du conseil départemental du Territoire de Belfort est allé à la rencontre d'une famille d'agriculteurs de Lachapelle-sous-Chaux dans le Territoire de Belfort. Il propose aux paysans de la région de bénéficier du label AOC par la production de munster.

Lionel Morcely a reçu la visite de Florian Bouquet dans sa ferme de Lachapelle-sous-Chaux
Lionel Morcely a reçu la visite de Florian Bouquet dans sa ferme de Lachapelle-sous-Chaux © Radio France - Maëlle Robert

Lachapelle-Sous-Chaux, France

Produire du munster ? "Pourquoi pas ?", se demande Lionel Morcely, qui gère avec sa sœur une ferme d’un peu plus de 400 hectares, à Lachapelle-sous-Chaux, dans le Territoire de Belfort. Le jeune agriculteur répond ainsi à la proposition de Florian Bouquet, président du conseil départemental, venu avec son équipe les rencontrer ce jeudi  afin d’afficher un soutien aux exploitants de la région.

Pour Florian Bouquet, Lachapelle-sous-Chaux fait partie des 80 communes du département classées en AOC munster. Fabriquer du fromage peut être une piste pour aider les paysans à diversifier leurs revenus. Le conseil départemental a annoncé à cette occasion qu’il était prêt à financer tout projet à hauteur de 40%, et aider les futurs producteurs à accomplir les démarches administratives pour bénéficier de fonds européens.

"Nous produisons à perte"
— Lionel Morcely, agriculteur à Lachapelle-sous-Chaux

Comme la plupart des éleveurs de France, la famille Morcely subit la baisse des cours de la viande et du lait. La ferme des Morcely produit plus de 600 000 litres de lait par an avec sa centaine de vaches laitières, pour la plupart de race montbéliarde, mais elle les vend à perte. "Aujourd’hui, nous perdons de l'argent. Cela ne peut plus durer, nous sommes obligés de vendre le litre de lait à 29 centimes, alors qu’il nous revient à 33 centimes", explique Lionel Morcely. Cette proposition ne le laisse pas indifférent, mais il se laisse le temps de la réflexion.