Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Brexit

Échec des négociations entre Français et Anglais sur la pêche à la coquille Saint-Jacques

mercredi 12 septembre 2018 à 19:13 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Picardie et France Bleu

Les pêcheurs français ont annoncé ce mercredi l'échec des négociations avec leurs homologues britanniques au sujet de la pêche de la coquille Saint-Jacques en baie de Seine, à l'origine d'affrontements en mer.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - DAVID ADEMAS

Normandie, France

"C'est la fin de partie" annoncent les pêcheurs français ce mercredi 13 septembre 2018 après une nouvelle journée de négociations avec leurs homologues britanniques sur la pêche à la coquille Saint-Jacques. "On leur a fait une proposition hier soir qui nous semblait déjà plus qu'honnête, c'était la proposition qu'on leur avait faite vendredi. On leur avait dit « jusqu'à midi, on veut une réponse»", a détaillé Hubert Carré, responsable du comité national des pêches.

Ils gagnent du temps - un pêcheur de Granville, dans la Manche

Un échec peu surprenant pour les professionnels comme Cyril Thiraud pêcheur à Granville, dans la Manche. "Ils essayent de gagner du temps pour pouvoir continuer à pêcher, s’agace ce patron de bateau. _Et nous, pendant ce temps, on est comme des cons à attendre_. J’aurais cru qu’on pourrait trouver une solution politiquement mais on arrive à 15 jours de l’ouverture côté français, eux sont toujours en train de pêcher, piocher dans la ressource et il n’y aura plus rien quand on arrivera", prédit Cyril Thiraud.

Cyril Thiraud : "On aura peut-être pas le choix que d'utiliser la manière forte."

"La manière forte" s’il le faut

Et le pêcheur commence à perdre patience à ce petit jeu-là. Avec ces collègues, ils pourraient même céder à la tentation d’utiliser "la manière forte" avoue-t-il. "S’il faut faire comme l’autre coup, aller les entourer, les empêcher de pêcher et les faire dégager, alors on le fera. Il n’y aura peut-être pas le choix", craint même le professionnel.

Du côté du comité régional des pêches, on veut encore croire à une solution diplomatique. Dimitri Rogoff participe aux négociations européennes à Dublin et espère les voir reprendre ce jeudi. "Ce sont de fins négociateurs, il y a le Brexit, explique le président du comité des pêches de Normandie. Ils ont une base qui les regarde, qui est en attente de leur réaction plus que jamais donc on savait que cela allait être difficile. Mais on est à Dublin, dans un cadre européen donc peut-être que la discussion va prendre une autre tournure, espère aussi Dimitri Rogoff. Mais c’est un peu la dernière chance quand même de trouver une solution puisque le calendrier avance [la pêche à la coquille ouvre le 1er octobre en France] et ce sera bientôt trop tard pour conclure un accord. En revanche, l’année prochaine on sera beaucoup plus exigeant", prévient le Normand.

Dimitir Rogoff : "On savait que ça allait être difficile."