Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Élections aux chambres d'agriculture : quels enjeux en Côte-d'Or?

dimanche 20 janvier 2019 à 23:36 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

En Côte-d'Or comme ailleurs les élections des membres de la Chambre d'agriculture c'est jusqu'à fin janvier. Ces élections sont importantes car elles déterminent également la représentativité de chacun des syndicats et permettent de répartir les sièges dans les différentes commissions nationales.

Le monde agricole élit ses représentants pour les 6 prochaines années (vue d'une ferme de Chanceaux en Côte-d'Or)
Le monde agricole élit ses représentants pour les 6 prochaines années (vue d'une ferme de Chanceaux en Côte-d'Or) © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon, France

Jusqu'à fin janvier le monde rural est appelé à élire ses représentants aux Chambres d'Agriculture. En Côte-d'Or il y a 5 800 exploitants agricoles mais... 22 000 votants en comptant les retraités et l'ensemble des salariés du monde agricole. Les candidats en lice sont : Vincent Lavier, le président sortant de la chambre, est une nouvelle fois à la tête d'une liste commune FDSEA 21, Jeunes agriculteurs de Côte-d’Or (JA 21) et Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB). Elle avait recueillie 62% des votes en 2013. Autres listes : celle de la Coordination Rurale emmenée par Cyril Hoffmann (23% en 2013) et celle conduite par Denis Perreau pour la Confédération Paysanne (près de 15% en 2013). Parmi les sujets très importants pour le monde agricole figurent notamment : les conséquences du dérèglement climatique, les prédateurs, l'avenir de la profession dans une société en pleine mutation ou encore -dans notre département- la gestion de la tuberculose bovine. Une maladie présente depuis 19 ans en Côte-d'Or.

L'une des 5 800 exploitations agricoles de Côte-d'Or à Chanceaux dans le canton d'Is-sur-Tille en Côte-d'Or - Radio France
L'une des 5 800 exploitations agricoles de Côte-d'Or à Chanceaux dans le canton d'Is-sur-Tille en Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

En visite sur une exploitation agricole de Chanceaux dans le canton d'Is-sur-Tille, Vincent Lavier, évoque les grands enjeux du monde agricole et de ces élections. "Il y a un enjeu principal qui est celui du revenu dont on parle beaucoup dans le cadre des États Généraux de l'Alimentation. D'autres enjeux se rattachent à celui ci. Comme celui du changement climatique qui est un enjeu essentiel pour l'avenir. Un enjeu encore un peu plus marqué chez nous dans l'Est de la France que sur la bordure maritime". 

Vincent Lavier conduit la liste FDSEA/JA/CAVB - Radio France
Vincent Lavier conduit la liste FDSEA/JA/CAVB © Radio France - Thomas Nougaillon

Parmi les autres thèmes mis en avant par Vincent Lavier, le renouvellement des générations d'agriculteurs: "la pyramide des âges dans le monde agricole est très défavorable" explique t-il. "On a environ 40% des agriculteurs qui vont partir en retraite d'ici 10 ans, il faut absolument que l'on installe des jeunes" poursuit-il. Le président-candidat évoque notamment la possibilité d'installer des "jeunes hors cadres familiaux non issus du monde agricole." Et des jeunes "de plus en plus formés pour faire face aux enjeux qui s'annoncent et pour lesquels il va falloir trouver des solutions". "On a un objectif à la chambre qui est de rendre les gens de plus en plus autonomes. Car on s'est rendu compte que ceux qui ont un vrai comportement de chef d'entreprise, qui sont autonomes sur leurs exploitations s'en sortent plutôt mieux que les autres".   

Vincent Lavier

François-Xavier Lévèque représente les JA. Lui, souhaite monter un "pôle communication" à la Chambre d'agriculture pour contrer l'agribashing et fédérer toutes les organisations agricoles. - Radio France
François-Xavier Lévèque représente les JA. Lui, souhaite monter un "pôle communication" à la Chambre d'agriculture pour contrer l'agribashing et fédérer toutes les organisations agricoles. © Radio France - Thomas Nougaillon
Des tracteurs devant un stock de fourrage sur une ferme de Chanceaux en Côte-d'Or - Radio France
Des tracteurs devant un stock de fourrage sur une ferme de Chanceaux en Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

Cyril Hoffmann, pour la Coordination Rurale, lui, évoque le très délicat sujet des retraites. Un sujet qui le touche de près et concerne beaucoup d'exploitants ou d'anciens exploitants. "Je suis en plein dedans ! Ma mère était exploitante avec moi. Elle est en retraite depuis le 1er octobre et elle ne sait toujours pas ce qu'elle va percevoir. Selon les estimations que nous avons réalisé, pour ma mère, qui a cotisé plus de 40 ans la pension devrait tourner aux alentours des 700 euros. Ce n'est pas normal!" Dépité, le patron de la Coordination Rurale trouve que ce n'est "pas normal". "Personne ne peut vivre avec une telle somme en ayant travaillé toute sa vie, cotisé, investit et fait tourner l'économie du pays." C'est un exemple mais "beaucoup d'agriculteurs sont dans ce cas là lorsqu'ils arrivent à la retraite" assure Cyril Hoffmann.   

Cyril Hoffmann

L'équipe de la Confédération Paysanne sur une exploitation d'Épagny dans le canton d'Is-sur-Tille  - Radio France
L'équipe de la Confédération Paysanne sur une exploitation d'Épagny dans le canton d'Is-sur-Tille © Radio France - Thomas Nougaillon

Denis Perreau, conduit la liste de la Confédération Paysanne. Une liste qui avait progressé aux dernières élections. Il espère faire encore mieux cette fois-ci et "casser le modèle dominant depuis 40 ans" comme l'explique Emilie Jeannin dont le nom figure en 2e position. "Car le productivisme a tout crin a produit énormément de chômeurs et énormément de départs d'agriculteurs" dit-elle. Denis Perreau va plus loin : "nous on ne va pas à ces élections contre les sortants, on n'y va pas non plus spécialement contre des idées, on y va principalement pour défendre les paysans". 

"Promouvoir une autre agriculture"

C'est une "obsession qui nous motive et qui nous fait prendre toutes les décisions que l'on a à prendre" explique le Confédéré mettant en avant des exemples concrets comme ce procès pour lequel le syndicat "s'est porté partie civile dans une affaire de trafic de boucles sur le département" faisant référence à un éleveur-fraudeur dans le cadre de la tuberculose bovine. Mais son syndicat veut aussi promouvoir une autre agriculture et dénonce "l'industrialisation de l'agriculture à travers la ferme des 1 000 vaches ou des montages sociétaires." Denis Perreau qui va plus loin. "Notre finalité c'est d'avoir des paysans nombreux qui vivent de leurs productions et qui sont vraiment implantés sur un territoire". Denis Perreau ne veut pas de ce qu'il nomme "des agrimanagers sur des surfaces monstres qui produisent pour des hypothétiques marchés extérieurs, rémunérateurs une fois de temps en temps".  

Denis Perreau

Denis Perreau représentant la liste de la Confédération paysanne - Radio France
Denis Perreau représentant la liste de la Confédération paysanne © Radio France - Thomas Nougaillon

Le vote pour les élections des membres des Chambres départementales d'agriculture a lieu tous les 6 ans. Cette année le vote se déroule du 7 au 31 janvier 2019. Il est possible de voter par correspondance ou -pour la première fois- par vote électronique.  Suite à un décret paru cet été les règles du jeu changent : le nombre de conseillers à élire passe de 44 à 33 et de 21 à 18 si l'on considère le collège le plus important celui des chefs d'exploitations. Les résultats seront connus au plus tard le 8 février.

Émilie Jeannin a porté le dossier de la tuberculose bovine au niveau national. Son syndicat a édité un guide pour conseiller les éleveurs confrontés à la maladie. La Conf' veut des tests plus fiables. - Radio France
Émilie Jeannin a porté le dossier de la tuberculose bovine au niveau national. Son syndicat a édité un guide pour conseiller les éleveurs confrontés à la maladie. La Conf' veut des tests plus fiables. © Radio France - Thomas Nougaillon