Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Agriculture – Pêche

"Éleveurs et engagés" : à Niort, la Carced Promocash signe

mercredi 13 mars 2019 à 16:47 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

A Niort, la FNSEA 79, les JA 79 et la Carced Promocash ont signé la convention "Éleveurs et engagés". Les éleveurs s'engagent à fournir une viande de qualité. Et le grossiste à acheter à hauteur du coût de production.

Cédric Vendé, président du directoire de la Carced, et Thierry Bernier, président de la section viande bovine à la FNSEA 79 ont signé la convention "Eleveurs et engagés" ce mercredi
Cédric Vendé, président du directoire de la Carced, et Thierry Bernier, président de la section viande bovine à la FNSEA 79 ont signé la convention "Eleveurs et engagés" ce mercredi © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Les éleveurs sont là cette fois sans drapeaux syndicaux mais avec des stylos. "On a fait des actions devant le magasin, maintenant on est dedans pour un partenariat gagnant-gagnant", lance Thierry Bernier, président de la section viande bovine à la FNSEA 79. Le syndicat ainsi que les JA 79 ont signé avec le magasin Carced Promocash à Niort la convention "Éleveurs et engagés".

De la qualité et un juste prix

D'un côté, les éleveurs s'engagent à fournir un produit de qualité. De l'autre, la Carced doit acheter la viande à hauteur du coût de revient pour l'éleveur. 

De la qualité, c'est ce que demandent les clients du grossiste, en très grande majorité des restaurateurs. "Leurs clients depuis quelques années regardent beaucoup plus les ardoises avec les origines des viandes. Ils étaient déjà passés sur des viandes françaises mais aujourd'hui il y a une volonté de consommer local", constate Cedric Vendé, président du directoire de la Carced. L'objectif du magasin niortais est de passer à plus de 50% de viande des Deux-Sèvres contre 7% aujourd'hui.

Pour les éleveurs, le bénéfice est réel. Acheter la viande a hauteur du coût de revient représente un euro de plus par kilo. "Un éleveur en viande bovine c'est 13.000 euros de revenus par an donc un euro de plus par kilo, c'est environ 500 euros par animal, cela fait sur un an 10.000 euros de plus pour l'éleveur, c'est énorme", calcule Thierry Bernier, de la FNSEA 79.

Des réflexions sont menées pour faire la même chose avec la viande ovine ou porcine.