Agriculture – Pêche

Emergence Bio, un projet qui allie ferme et auberge sur le plateau de Millevaches

Par Valérie Mosnier et Thomas Schnell, France Bleu Creuse vendredi 12 août 2016 à 11:24 Mis à jour le vendredi 12 août 2016 à 11:50

Jouany Chatoux et sa compagne, Sylvie Jeanblanc, devant le mtéhaniseur
Jouany Chatoux et sa compagne, Sylvie Jeanblanc, devant le mtéhaniseur © Radio France - Thomas Schnell

Emergence Bio est lancé depuis trois maintenant à Gentioux-Pigerolles. Plusieurs agriculteurs du plateau veulent valoriser la production locale. Un méthaniseur est déjà construit, mais pour la suite les porteurs du projet lancent un appel au financement participatif.

Un maraîcher, un éleveur de volailles, un éleveur bovins et leurs associés, ont eu une idée originale : créer une ferme à mi-chemin entre la production, la commercialisation et la dégustation des produits locaux. Emergence Bio est en partie sortie de terre autour d'un méthaniseur, qui fonctionne depuis environ deux mois.

Le digestat du méthaniseur est stocké dans un grand bâtiment juste à côté - Radio France
Le digestat du méthaniseur est stocké dans un grand bâtiment juste à côté © Radio France - Thomas Schnell

Emergence Bio veut aussi créer de nouvelles activités agricoles

Le méthaniseur est la colonne vertébrale d'un projet beaucoup plus vaste. Il permet d'éliminer les déchets des exploitations gratuitement, et produit de l'électricité qui permet notamment de chauffer les serres de Gaël Delacour, maraîcher.

Le méthaniseur chauffe les serres et garde les tomates à bonne température les nuits un peu fraîches - Radio France
Le méthaniseur chauffe les serres et garde les tomates à bonne température les nuits un peu fraîches © Radio France - Thomas Schnell

Comme ses associés, Gaël Delacour vend ses fruits et légumes sur les marchés alentours, mais à l'avenir l'objectif c'est aussi de créer une boutique de produits locaux et d'installer une ferme-auberge.

Mais la construction a pris du retard faute d'argent. Les agriculteurs ont encore besoin de 400.000 euros. Ils ont donc lancé un appel au financement participatif pour récolter une partie une partie de la somme. Ils espèrent obtenir 15 000 euros pour commencer.

"Prouver aux banques que c'est possible" - Jouany Chatoux