Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Côte-d'Or, Emmanuel Macron réaffirme que "les agriculteurs doivent être payés au juste prix"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Emmanuel Macron est arrivé ce mardi matin dans une ferme de Côte-d'Or, à Étaules. Le président de la République est venu débattre des problèmes du monde agricole, en l'absence du salon de l'agriculture annulé cette année par la crise du Covid-19.

Emmanuel Macron est à la ferme d'Étaules, en Côte-d'Or, ce mardi, c'est sa deuxième visite "agricole" depuis le début de l'année.
Emmanuel Macron est à la ferme d'Étaules, en Côte-d'Or, ce mardi, c'est sa deuxième visite "agricole" depuis le début de l'année. © AFP - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

À défaut de salon de l'agriculture, annulé pour cause de crise sanitaire, la séance de "com pol" agricole d'Emmanuel Macron a lieu ce matin à Étaules, en Côte-d'Or. Le président de la République est arrivé ce mardi matin dans ce village de Côte-d'Or situé à une quinzaine de kilomètres de Dijon.

Visite de terrain pour "remplacer" le salon de l'agriculture

Après son déplacement dans une exploitation de l'Eure, au mois de janvier, le président de la République entend, encore une fois, démontrer "son intérêt" pour le monde agricole.  Pour se faire, les années précédentes, Emmanuel Macron avait pris l'habitude de passer une journée entière -12 heures l'an dernier- au plus grand salon de France, à la rencontre des acteurs des différentes filières de l'agriculture et de l'alimentation. 

Mais faute de salon de l'Agriculture en 2021, "cette année, le salon c'est chez nous", a souri Alexandre Estivalet en accueillant le président à la ferme d'Étaules ce mardi matin. Il en est l'un des quatre chefs d'exploitation. 

C'est lui qui a guidé le chef de l'État, accompagné du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie, pour la visite de cette exploitation familiale en polyculture-élevages. Exploitation qui travaille, notamment, en circuits courts. Cette ferme fait plus de 500 hectares et compte 450 brebis et cochons, des chevaux et cultive aussi légumes et oléagineux.

En pleine séance de communication politique, le président de la République caresse les brebis de la ferme d'Étaules, devant les photographes du pool presse.
En pleine séance de communication politique, le président de la République caresse les brebis de la ferme d'Étaules, devant les photographes du pool presse. © AFP - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Recadrer les grands distributeurs qui "tirent les prix vers le bas"

Dans son petit magasin de vente directe, grand de trente mètres carrés et créé il y a trois ans, la ferme d'Étaules vend également des produits de nombreux producteurs de la région. Il faut que les gens qui viennent de Dijon puissent trouver de tout : du beurre à la crème fraîche, en passant par la viande ou le vin. 

Alexandre Estivalet expliquait mardi matin, à notre reporter, que 100% des porcs élevés à la ferme sont transformés et vendus sur place. Alexandre Estivalet arrive à vendre ses cochons à un meilleur prix que s'il les envoyait à l'abattoir. Pour lui, la loi Egalim*, sensée rééquilibrer les marges, ne fonctionne pas encore assez bien. Il estime que les contraintes doivent s'appliquer à toute la filière et qu'il faut accentuer la pression sur les distributeurs qui n'ont de cesse de "tirer les prix vers le bas".

Une table ronde pour "mieux répartir les valeurs"

Emmanuel Macron a rendu hommage aux agriculteurs qui "ont nourri le pays pendant le premier confinement, [...] il faut se battre pour un retour à une juste valeur chez les producteurs" a-t-il déclaré..
Emmanuel Macron a rendu hommage aux agriculteurs qui "ont nourri le pays pendant le premier confinement, [...] il faut se battre pour un retour à une juste valeur chez les producteurs" a-t-il déclaré.. © AFP - LUDOVIC MARIN / AFP / POOL

À ce sujet, Emmanuel Macron a présidé, à partir de la mi-journée, une table ronde avec différents acteurs de la chaîne agro-alimentaire pour définir "une meilleure répartition de la valeur entre les différents maillons de la chaîne agro-alimentaire", selon le communiqué de l'Élysée.

Payer les agriculteurs "au juste prix" 

Au cours de ce débat, Emmanuel Macron a souhaité que les producteurs, les transformateurs et les distributeurs "se réconcilient" et ne jouent plus "les uns contre les autres". "C'est dans l'intérêt de tout le monde que les négociations se passent bien", a déclaré le chef de l'État , faisant allusion aux négociations commerciales annuelles qui doivent se terminer d'ici au 1er mars. Celles-ci déterminent les prix des produits vendus en supermarché (hors marques de distributeur) et la rémunération de tous les maillons de la chaîne alimentaire.

Le gouvernement a dû "hausser le ton", "on doit se battre pour le juste retour de la valeur chez les producteurs", a insisté Emmanuel Macron, en saluant de nouveau leur engagement depuis le début de la crise du Covid. "Je n'oublierai jamais" qu'"ils ont nourri le pays lorsqu'on le fermait" avec le confinement, a ajouté le président.

*Loi Egalim, dite Loi « pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable » a été promulguée le 1er novembre 2018. Cette loi est issue des États généraux de l'alimentation qui se sont déroulés en 2017.

Radio France
Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess