Agriculture – Pêche

En 2016, la production de miel deux fois plus faible qu'en 2015

Par Julien Baldacchino, France Bleu mardi 9 août 2016 à 17:00

Les producteurs de miel ont pâti des mauvaises conditions climatiques
Les producteurs de miel ont pâti des mauvaises conditions climatiques © Maxppp -

Selon l'Union nationale des apiculteurs, l'année 2016 s'annonce d'ores et déjà comme l'une des plus difficiles pour la filière du miel, avec à peine 10.000 tonnes de miel produites, soit moitié moins qu'en 2015. Conséquence : le prix du miel pourrait augmenter.

En 2015, les apiculteurs français avaient produit entre 17.000 et 18.000 tonnes de miel. Pour l'année 2016, selon l'Union natioanle des apiculteurs français (UNAF), la production dans l'hexagone ne dépassera pas 10.000 tonnes. "On est sur une perte de moitié à deux tiers de la récolte de miel par rapport à 2015, qui était une année moyenne", a expliqué sur France Info Henri Clément, porte-parole de l'UNAF, ce mardi.

"Ce sera l'une des pires années de l'apiculture française en termes de récolte. Nous sommes très inquiets pour la survie de certaines exploitations" (Henri Clément, porte-parole de l'UNAF)

La raison de ces mauvaises récoltes ? La météo médiocre du printemps. "Les abeilles n'ont pas pu profiter des fleurs. Pour faire du miel, il faut avoir de belles ruches, il faut des fleurs épanouies et des conditions météo favorables", selon Henri Clément. En plus des intempéries du printemps, la présence de plus en plus fréquente de vent du nord a tendance à assécher les fleurs.

Vers une hausse des prix ?

Conséquence de ces mauvaises récoltes : les prix du miel pourraient augmenter cette année. Le porte-parole de l'UNAF déplore que des professionnels ne puissent plus continuer à assurer leur activité. En France, sur 75.000 apiculteurs, seuls 2.000 exercent cette activité à titre professionnel et arrivent à en vivre.

"Il faut, pour une fois, de vraies mesures de soutien aux apiculteurs", demande Henri Clément. "On a besoin des abeilles sur le territoire", or toutes les régions sont touchées par la baisse de la production.

Partager sur :