Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

En Beauce, une usine révolutionnaire pour les oignons

mardi 11 septembre 2018 à 21:48 Par Jérémy Marillier, France Bleu Orléans

Cet été, la coopérative Beauce Champagne Oignons a ouvert un nouveau site à Sermaises, au nord de Pithiviers. Une usine avec une technologie inédite en France pour permettre de développer encore un peu plus le légume le plus produit en Beauce.

Alain Sagot, vice-président de BCO
Alain Sagot, vice-président de BCO © Radio France - JM

Sermaises, France

C'est un déménagement très court, certes, mais révolutionnaire pour la production et le conditionnement d'oignons en Beauce. La coopérative BCO passe de la commune d'Audeville à celle de Sermaises, toujours au nord de Pithiviers. Un nouveau site trois fois plus grand que le précédent (8.500m2 contre 2.800 précédemment) et surtout équipé d'une technologie jusque là jamais utilisée en France. "Avec ce site, nous nous projetons trente ans en avance", plaide Alain Sagot, vice-président d'une coopérative regroupant 55 producteurs de Beauce, de Champagne-Ardennes et voyant passer 28.000 tonnes d'oignons par an.

Le reportage à Sermaises de Jérémy Marillier

Plus de douceur et un scanner de l'intérieur du légume

Après quatre ans d'analyse, de voyages en Europe pour découvrir les différents types de production, la coopérative loirétaine a donc choisi de faire confiance à une technique de conditionnement jamais vue en France. Cela commence dès l'arrivée de l'oignon sur le site. Le légume n'est pas jeté du camion, mais déposé sur un tapis qui l'emmène à l'intérieur du bâtiment. Les chocs sont réduits et la qualité du produit préservée, assure-t-on à BCO.

Les oignons à leur sortie du camion - Radio France
Les oignons à leur sortie du camion © Radio France - JM

Sur ce nouveau site de Sermaises, tout est connecté, mécanisé. Une fois sorti du camion et libéré de ses impuretés, l'oignon passe au révélateur d'un trieur optique, sorte de scanner permettant de détecter les anomalies extérieures et surtout intérieures du légume, ce qui jusque là était impossible. Cette technologie, déjà utilisé ailleurs en Europe, n'avait encore jamais été importée en France. Les oignons détectés par le trieur sont alors mis de côté.

Les impuretés et les fanes sont retirées au début du processus - Radio France
Les impuretés et les fanes sont retirées au début du processus © Radio France - JM

Le trieur optique en vidéo

Une fois l'étape du trieur optique passée, l'oignon est ensuite pesé et trié en huit catégories de poids, ce qui permet un conditionnement plus rapide et efficace dans des sachets pouvant aller de 1 à 100 kilos.

Les oignons sont pesés puis répartis en huit catégories de poids - Radio France
Les oignons sont pesés puis répartis en huit catégories de poids © Radio France - JM

Avec cet investissement (10 millions d'euros, l'équivalent d'une année de chiffre d'affaires), Beauce Champagne Oignons espère augmenter la qualité de son produit et répondre plus rapidement aux demandes de ses clients, notamment celles de la grande distribution. Aujourd'hui, plus du tiers de la production de la coopérative part dans les grandes et moyennes surfaces (U, Lidl, Carrefour, Intermarché).