Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Brière, les vaches quittent le marais en barge

-
Par , France Bleu Loire Océan

Retour à la maison pour les vaches de Brière. Comme chaque année, elles ont pâturé dans le marais pendant six mois. Elles vont passer l'hiver entre l'exploitation et les coteaux. Et c'est en barge qu'elles sont ramenées, un peu plus tôt cet automne en raison du niveau de l'eau.

Les vaches embarquent sur une barge métallique
Les vaches embarquent sur une barge métallique © Radio France - Anne Patinec

Certaines années, les vaches peuvent profiter du marais jusque mi-décembre dans le Parc Naturel Régional de Brière. Mais cet automne, en raison des pluies conséquentes des dernières semaines, le retour à la maison se fait plus tôt. 

Cette année, ça a été précoce. L'eau est montée rapidement. On a été surpris. On les récupère toutes sur les îles et cela prend du temps. On installe des enclos temporaires puis on les fait monter sur la barge". Dominique Hémery est  éleveur de Charolaises et Limousines à Saint-Malo-de-Guersac,

Après six mois dans le marais, les vaches vont retrouver leur exploitation
Après six mois dans le marais, les vaches vont retrouver leur exploitation © Radio France - Anne Patinec

Christophe Aurain, agent technique à la commission syndicale de Grande Brière Mottière conduit la barge. Il va récupérer les animaux sur les îles du marais. Une vingtaine d'animaux peuvent embarquer à chaque rotation. 

Une transhumance qui favorise le maintien de la biodiversité

Cette transhumance a toujours existé en Brière; elle est indispensable pour la préservation de la biodiversité.  "Nos anciens le faisaient déjà. Ca permet l'entretien du marais et évite au milieu de se refermer" explique Christophe Aurain. Il y a une dizaine d'années, les éleveursBriérons ont lancé leur marque de viande bovine "valeurs parc", mettant en avant la qualité de leurs produits.  Chaque année, un millier d'animaux passe l'été dans le marais; des vaches mais aussi des moutons et des chevaux

Cette année, le niveau de l'eau est relativement haut dès le mois de novembrede
Cette année, le niveau de l'eau est relativement haut dès le mois de novembrede © Radio France - Anne Patinec
Choix de la station

À venir dansDanssecondess