Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Creuse, un soutien pour les jeunes agriculteurs alors que le nombre de nouvelles exploitations baisse

-
Par , France Bleu Creuse

Une dizaine d'exploitations créées en moins en 2020 par rapport à l'an passé dans notre département. La sécheresse, des revenus moindres dissuadent les jeunes ; la chambre d'agriculture a donc organisé une journée pour conseiller ces jeunes en quête de conseils et de retours d'expérience.

Etienne Thomas fait visiter la salle de traite de ses chèvres, lui qui a choisi de diversifier son activité d'éleveur bovin
Etienne Thomas fait visiter la salle de traite de ses chèvres, lui qui a choisi de diversifier son activité d'éleveur bovin © Radio France - Jeanne Daucé

Environ 40 jeunes agriculteurs ont lancé leur exploitation en Creuse, en 2020. C'est une dizaine de moins qu'en 2019. Une chute que la chambre d'agriculture du département n'explique par par la pandémie de Covid-19, mais par les revenus des exploitants toujours plus bas. "Notre litre de lait, nos céréales, notre viande ne se vendent pas à leur juste valeur : cela n'incite pas les jeunes à s'installer", détaille Jean-Marie Colon, vice-président de la chambre d'agriculture, en charge de l'installation et de la transmission.

Autre cause : la sécheresse, "nous en avons connu trois coups sur coup", poursuit le vice-président de la chambre d'agriculteur de la Creuse. Alors dans ce contexte, à la sortie de leur formation, les jeunes "_préfèrent aller travailler ailleurs_, dans d'autres organisations agricoles, et peut-être revenir plus tard, mais on n'en est pas sûrs. Beaucoup d'exploitants vont partir en retraite, s'il n'y a pas de renouvellement des générations, régionalement et nationalement, notre souveraineté alimentaire en dépend", conclut-il.

"Cela permet de sentir qu'on est pas tous seuls"

Pour soutenir les agriculteurs nouvellement installés, la chambre d'agriculture de la Creuse a donc réuni une petite trentaine d'entre eux ce jeudi 10 septembre, sur une exploitation à Peyrat-la-Nonière. Et après cette année d'installation très particulière, les jeunes professionnels étaient heureux de se retrouver. "On ne sort pas souvent depuis qu'on est installés, souligne Christelle Pignot, 20 ans et installée depuis début 2020 comme éleveuse bovine à Tarcillat. C'est sympa de discuter de notre quotidien, de nos difficultés : ça permet de sentir qu'on est pas tous seuls".

Malgré les formations de chacun, la pratique réserve parfois quelques surprises aux jeunes professionnels. Alors ils sont venus chercher aussi des retours d'expériences, qui sont d'autant plus parlants quand ils viennent de confrères un peu plus aguerris. C'est Etienne Thomas qui reçoit : il est installé comme éleveur bovin depuis deux ans, avec un associé. Il livre des conseils d'organisation pour le travail collectif, mais également des avertissements sur les difficultés budgétaires que peut rencontrer un agriculteur : "On est sur le fil du rasoir, entre les charges, les revenus en baisse et les aides de l'Europe qui diminuent, explique cet agriculteur de 33 ans. C'est peut-être une bonne chose que les aides diminuent, mais en tout cas, il faut pouvoir dans ce contexte payer tout ce qu'on doit et aussi se dégager un revenu".

Diversifier ses activités pour plus de rentabilité ?

La précarité, voilà qui dissuade notamment les jeunes de monter leur exploitation : une dizaine de moins cette année 2020 par rapport à 2019. Pour être plus à l'aise financièrement, certains agriculteurs glissent comme idée de diversifier ses activités. C'est le cas d'Etienne Thomas, qui élève avec son associé des chèvres en plus de ses vaches. "C'est une piste de réflexion, tout comme le fait de cultiver aussi la noisette, le cannabis... Il y a plusieurs choses qui pourraient se mettre en place." 

Une idée qui pourrait faire du chemin dans la tête de certains jeunes exploitants, qui soulignent le besoin de variété dans l'agriculture creusoise. Dans notre département, 80 % des exploitations font de l'élevage bovin.

Pour aider les jeunes à se lancer, la chambre d'agriculture de la Creuse leur attribue une aide de 23.000 à 30.000 euros en moyenne quand ils lancent leur exploitation. Pour créer son entreprise, un agriculteur doit débourser en moyenne entre 150.000 et 300.000 euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess