Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Creuse, les agriculteurs peuvent se faire financer des hangars avec des panneaux photovoltaïques

-
Par , France Bleu Creuse

Des investisseurs permettent à des agriculteurs du département de bénéficier gratuitement de hangars agricoles, tout en exploitant le toit avec des panneaux photovoltaïques. Une visite était organisée chez un exploitant du Grand-Bourg ce mardi pour faire découvrir le dispositif.

Joël Gros (à droite) a fait construire deux bâtiments avec des panneaux solaires, un troisième verra bientôt le jour.
Joël Gros (à droite) a fait construire deux bâtiments avec des panneaux solaires, un troisième verra bientôt le jour. © Radio France - Bastien Munch

C'est un système qui commence à se répandre parmi les agriculteurs creusois. Grâce à des sociétés comme Le Triangle énergie, des exploitants peuvent être mis en relation avec des investisseurs pour se faire construire gratuitement des hangars agricoles, avec des panneaux solaires sur le toit. L'intérêt est double : les agriculteurs bénéficient ainsi d'un terrain couvert quasi-gratuit, et les investisseurs d'une surface qu'ils peuvent exploiter avec des énergies renouvelables. 

Ce bail dure trente ans et à l'issue, les agriculteurs deviennent propriétaires de leur bâtiment et peuvent exploiter eux-mêmes leur électricité propre. Une visite était organisée chez un agriculteur de Pognagot, commune du Grand-Bourg, mardi 22 septembre, pour sensibiliser au dispositif.

La banque ne suivait pas 

Claudia, exploitante dans un Gaec à Saint-Pierre-le-Bos, est en pleine découverte. Cela fait plusieurs mois qu'elle cherche à construire un nouveau bâtiment sur son exploitation pour y stocker du matériel, mais aussi pour y abriter ses brebis. Coût total des travaux : 10.000 euros. "Ma banquière nous a dit que ce n'était pas possible, que nous n'avions pas les reins assez solides", explique Claudia. 

Cette banquière les redirige vers la société Le Triangle énergie, qui met en lien agriculteurs et investisseurs. "Au départ, nous ne voulions qu'un bâtiment. Mais quand on a vu tous les avantages, on s'est dit qu'on en prendrait peut-être trois", s'amuse Claudia.

On se dit que c'est trop beau pour être vrai

"Il y a quelques années, on se disait que ça n'avait pas d'avenir, que c'était flou, on avait peur de ce genre de contrat", explique Christophe, agriculteur à Grand-Bourg, venu apporter des contrats pour de nouveaux bâtiments. "C'est en prenant du recul et en discutant avec ceux qui avaient passé le pas qu'on s'est rendus compte que c'était intéressant."

L'exploitant a notamment souvent échangé avec Joël Gros, l'agriculteur qui ouvre sa propriété pour donner envie à ses voisins. "Au début, on était aussi réticents. On se dit que c'est trop beau pour être vrai, on cherche les pièges", explique-t-il. "Mais tout est très simple. On ne s'occupe d'aucun papier, c'est la société qui gère les permis de construire, les parties avec le notaire."

Les agriculteurs n'ont plus peur du secteur de l'énergie

La société Le Triangle énergie, qui accompagne les agriculteurs dans toutes ces démarches, s'occupe de près de 400 clients en Creuse et dans l'Allier. Une demande qu'Antoine Emery, responsable du secteur de la Creuse dans la société, a vu augmenter. "Aujourd'hui, les agriculteurs n'ont plus peur du secteur de l'énergie. Ça a beaucoup fonctionné au bouche-à-oreille, ça a aussi fait le tri parmi les quelques charlatans. Le secteur est devenu très codifié. On sait où l'on va, et les clients savent que les projets vont au bout."

Selon Christophe, ces investissements permettent aussi de montrer que les agriculteurs peuvent prendre leur part d'énergies renouvelables. "D'habitude, on nous montre du doigt comme étant les plus gros pollueurs du monde. Mais voilà la preuve qu'on contribue à des énergies qui ne devraient pas polluer", indique-t-il. D'autres agriculteurs plus aisés peuvent également faire le choix d'investir eux-mêmes dans ces hangars avec des panneaux photovoltaïques, pour ensuite vendre leur électricité propre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess