Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"En direct des éleveurs" : six producteurs laitiers claquent la porte

-
Par , France Bleu La Rochelle

Depuis 2016, des producteurs laitiers ont créé un groupement, pour éviter de dépendre des coopératives. Leurs poches de lait "En direct des éleveurs" sont vendues dans les grandes surfaces de la région. Six d'entre eux viennent de claquer la porte : ils s'estiment mal rémunérés.

Les poches de lait "En direct des éleveurs" sont présentes dans les rayons des supermarchés
Les poches de lait "En direct des éleveurs" sont présentes dans les rayons des supermarchés © Radio France - Pierre MARSAT

Yvrac-et-Malleyrand, France

En 2016, une dizaine de producteurs de lait de la région Pays de Loire, six éleveurs de Nouvelle-Aquitaine (quatre en Charente et deux en Haute-Vienne), et trois agriculteurs de Bretagne, ont créé un groupement pour contourner le circuit des coopératives. Ils ont profité de la construction d'une laiterie à Remouillé, en Loire-Atlantique, pour inventer un nouveau modèle économique : des producteurs payés au juste prix, et des consommateurs ravis de déguster ce lait "comme à la ferme", avec des circuits courts, et une vente semi-directe dans les supermarchés Leclerc et Super U. Mais aujourd'hui, ils claquent la porte : depuis début octobre, ils ne veulent plus livrer leur lait à Remouillé, parce qu'il se sentent "pas assez considérés".

Un prix du lait non conforme aux promesses

C'est d'abord le prix du lait qui pose problème : la direction de l'usine de Remouillé aurait promis 400 euros pour 1000 litres de lait (la production d'un éleveur, en moyenne, chaque jour). Les sommes versées depuis trois ans n'auraient pas dépassé les 330-340 euros la tonne de lait, selon les agriculteurs concernés. Autre grief : le paiement des animations commerciales dans les grandes surfaces. Une indemnisation de 150 euros était prévue par intervention ; ils n'en ont jamais vu la couleur, ajoutent-ils. Du coup, les producteurs charentais iront livrer leur lait à une laiterie dans la Creuse, qui fabrique des fromages pour le groupe LIDL.

Des questions sans réponses

La laiterie est installée dans le vignoble nantais. Elle emploie onze personnes. Elle a vu le jour, en partie grâce aux aides du conseil régional des Pays de Loire et un investissement global de 8 millions d'euros. C'est surtout le comportement du PDG de la laiterie de Remouillé, qui est montré du doigt par les producteurs de Nouvelle-Aquitaine : les questions sont restées sans réponses, sur la marge prélevée par l'industriel. Les Charentais ont été refusés au comité directeur de l'usine. Et l'un d'entre eux, alors co-directeur général de la laiterie, a été révoqué, sans explications. Dans le groupement des producteurs, certains s'élèvent contre le manque de transparence de la direction. Contacté lundi matin, le PDG de la laiterie de Remouillé refuse de s'exprimer publiquement, pour ne pas polémiquer. Il entend ainsi "protéger ses associés et collaborateurs". 

Deux producteurs de lait charentais - Radio France
Deux producteurs de lait charentais © Radio France - Pierre MARSAT

Reportage chez des producteurs déçus

Interview de Dominique Brothier, éleveur laitier à Yvrac, près de La Rochefoucauld en Charente

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu