Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Dordogne, les noix souffrent de la sécheresse

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Avec la sécheresse, les producteurs de noix du Périgord commencent à être en difficulté. Sans pluie, les cerneaux ne pourront pas se former convenablement. Et si la canicule persiste, ils risquent de perdre une grosse partie de leur production de noix, brûlées par le soleil.

Magalie Gayerie, productrice de noix à Saint-Rabier, en Dordogne, s'inquiète de l'impact de la canicule sur ses récoltes.
Magalie Gayerie, productrice de noix à Saint-Rabier, en Dordogne, s'inquiète de l'impact de la canicule sur ses récoltes. © Radio France - Ambre Rosala

Au milieu de ses vingt-trois hectares de noyers, Magalie Gayerie, productrice de noix à Saint-Rabier, attend la pluie avec impatience. Si les trombes d'eau tombées au printemps ont permis de former de belles coques, la sécheresse de cet été risque de les empêcher d'être bien remplies. "On est en plein dans la période où le cerneau doit se former, donc s'il ne pleut pas, on aura des petits cerneaux qui ne seront pas bien développés", explique Magalie Gayerie. Pire : si la canicule persiste, c'est la récolte entière qui risque d'être condamnée. "Le risque, c'est que nos noix sèchent sur l'arbre, brûlées par le soleil. Les fruits peuvent se déshydrater complètement, et on peut perdre totalement la récolte."

Pour l'instant, Magalie Gayerie n'en est pas là. Même si ses prévisions ne sont pas optimistes : "Aujourd'hui, c'est encore difficile à dire, mais je pense que j'aurais au moins 40% de pertes par rapport à l'année dernière."

Un problème sur le long terme

L'impact de la sécheresse cet été ne s'arrête pas à la seule récolte de cette saison. "Chaque année, nos noyers souffrent. Là, ils sont en train de perdre leurs feuilles", explique Magalie Gayerie. "Du coup, cela va avoir un impact sur les prochaines récoltes. Les petits noyers peuvent carrément mourir de la sécheresse." 

Une situation qui amène même la nucicultrice à se poser des questions. "Je sais que je n'aurais jamais assez d'eau, même si je me projette dans vingt ans. Du coup, est-ce qu'il ne faut pas plutôt produire de l'olivier plutôt que du noyer ? Je ne sais pas si je vais pouvoir continuer cette production-là si mes arbres continuent de mourir chaque année. Cela devient très compliqué."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess