Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

En Dordogne, les vendanges de liquoreux battent leur plein malgré le gel

dimanche 8 octobre 2017 à 18:30 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Monbazillac, Saussignac, en Bergeracois les vendanges de liquoreux ont démarré il y a une quinzaine de jours et se termineront dans un peu plus d'une semaine. Cette année, la production va diminuer à cause du gel qui a touché les vignes en avril.

Il fallait attendre que le raison arrive à sur-maturité pour être vendangé.
Il fallait attendre que le raison arrive à sur-maturité pour être vendangé. © Radio France - Benjamin Fontaine

Sylvie Alem est chanceuse et elle le sait. Depuis 15 jours, la présidente de la cave coopérative de Monbazillac récolte le raisin de ses parcelles à Rouffignac-de-Sigoulès. "Les grappes sont plutôt belles. En tout cas à nos yeux," sourit la viticultrice. Son raisin violacé et rabougri est recouvert d'une pellicule verte. Un champignon nommé botrytis cinerea, signe que le raisin est arrivé à surmaturation. "Quand on enlève la peau, la pulpe est belle et bien sucrée, comme il faut."

Le raisin est arrivé à surmaturation et il es prêt à être vendangé. - Radio France
Le raisin est arrivé à surmaturation et il es prêt à être vendangé. © Radio France - Benjamin Fontaine

Sylvie Alem est chanceuse car ses 24 hectares de vignes n'ont quasiment pas été touchées par le gel du mois d'avril. Il a fait des ravages sur d'autres parcelles. Certains ont perdu 70 à 90% de leurs vignes. "Cette année, les 150 producteurs de l'appellation Monbazillac ne devraient produire que 40.000 hectolitres contre 60.000 l'année dernière. C'est assez catastrophique économiquement," explique la présidente de la cave.

"C'est surprenant de ramasser du raisin presque pourri" - Nathalie, vendangeuse

En attendant, les 16 viticulteurs embauchés pour deux semaines et demi de travail poursuivent leur tâche, panier et sécateur en main. Nathalie, une Parisienne de 52 ans vit ses premières vendanges de Monbazillac. "C'est assez surprenant de ramasser du raison presque pourri, mais finalement c'est assez agréable au toucher. J'ai goûté ce vin pour la première fois cette semaine. Normalement je n'aime pas trop les vins sucrés mais j'ai été assez conquise," confie cette photographe. Les vendangeurs ont encore deux à trois jours de travail devant eux. La récolte de toutes les parcelles de liquoreux devraient se terminer la semaine prochaine.

Reportage dans les vignes à Rouffignac-de-Sigoulès.