Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

EN IMAGES - A Saint-Yrieix-la-Perche, l'alpaga dans tous ses états

samedi 7 avril 2018 à 18:32 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

Un salon international de l'alpaga a lieu tout ce week-end, au marché aux bestiaux, de Saint-Yrieix-la-Perche, en Haute-Vienne. Une centaine d'alpagas patientent dans les "box" de présentation. Au programme, des concours et la mise en valeur de la laine d'alpaga.

Tout plaquer pour devenir éleveur d'alpaga.
Tout plaquer pour devenir éleveur d'alpaga. © Radio France - Nicolas Tarrade

Saint-Yrieix-la-Perche, France

Tout plaquer pour devenir éleveur d'alpaga. Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France. Paul habitait dans la banlieue de Londres, il travaillait dans une agence de voyages. Aujourd'hui, il élève une vingtaine d'alpagas dans l'Aveyron. Un changement de vie "radical, mais pas insensé". Ce britannique mise beaucoup sur cette bête à poils. "En France, l'alpaga a une énorme opportunité  !  En Angleterre, il y a environ 55.000 alpagas. En France, il y en a 3.500. Le potentiel de développement est gigantesque", explique-t-il. 

Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France - Radio France
Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France © Radio France - Nicolas Tarrade
Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France - Radio France
Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France © Radio France - Nicolas Tarrade
Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France - Radio France
Ils sont venus d'Angleterre, des États-Unis, d'Espagne, d'Ukraine et puis bien sûr de France © Radio France - Nicolas Tarrade

Un alpaga peut valoir cher. (Entre 500 et 700 euros, plusieurs milliers d'euros pour certaines races d'alpaga). Un animal réputé pour sa laine. Une laine qui peut concurrencer le cachemire, selon cet artisan espagnol, qui avance un argument de poids : "Faute de pouvoir transporter nos animaux, on est venu avec de la laine. Un produit 100% alpaga, 100% espagnol et travaillé à la main. On n'importe rien de l'extérieur". Et ça séduit de plus en plus d'éleveurs. 

Dans le Sud-Ouest, selon l'organisateur du salon, il y a environ 900 alpagas pour une soixantaine d'éleveurs. Une filière en plein développement, qui ne se limite pas à détrôner les photos de chats sur les réseaux sociaux. Le marché est porteur, selon Nigel Cobb, l'organisateur du salon : "Des éleveurs ont parfois des terres inutilisées, et ne savent pas quoi en faire. Les alpagas sont faciles à surveiller, ils sont propres. Ils n'ont pas d'odeur particulière, et ils sont sublimes. Et puis leur laine est fantastique. Impossible de trouver une meilleure laine ailleurs", argumente-t-il.

 Une filière en plein développement - Radio France
Une filière en plein développement © Radio France - Nicolas Tarrade

Ne gratte pas, et naturellement hypoallergénique

Une laine extrêmement chaude et résistante. Et puis elle ne contient pas de lanoline, la grande coupable de la terrible sensation de démangeaison qu’infligent aux enfants les pulls en laine. Alors, en Limousin aussi, l'alpaga gambade dans les champs. Un élevage notamment à côté de Pompadour, en Corrèze, et à côté du Dorat, en Haute-Vienne. "Le climat est parfait quand il ne pleut pas trop", rétorque avec un accent "so british" la propriétaire des alpagas haut-viennois. 

Un lieu idéal, un marché porteur, un produit de luxe, l'alpaga risque bien de faire des émules dans les années à venir. En attendant, le salon international se poursuit à Saint-Yrieix-la-Perche jusqu'à ce dimanche soir