Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

EN IMAGES - Plusieurs dizaines d'agriculteurs manifestent devant la Préfecture de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

A la veille d'une nouvelle mobilisation nationale des agriculteurs, les éleveurs du Territoire de Belfort ont exprimé leur colère dès ce lundi en début d'après-midi en déversant des déchets devant la Préfecture.

Les agriculteurs ont déversé du fumier devant les grilles de la Préfecture de Belfort
Les agriculteurs ont déversé du fumier devant les grilles de la Préfecture de Belfort © Radio France - William Gay Costa

Belfort, France

Près de 80 agriculteurs du département étaient mobilisés ce lundi en début d'après-midi devant la Préfecture de Belfort, en déversant fumier et autres déchets devant les grilles d'entrée, a pu constater sur place un journaliste de France Bleu Belfort Montbéliard. Une action initiée à l'appel des Jeunes Agriculteurs du département et de la FDSEA 90. Certains éleveurs étaient venus en famille, avec leurs enfants.

Certains éleveurs étaient venus en famille, avec leurs enfants. - Radio France
Certains éleveurs étaient venus en famille, avec leurs enfants. © Radio France - William Gay Costa

Nous n'avons pas été entendus depuis le 8 octobre

Un appel à manifester devant les Préfectures de nombreuses régions a été lancé par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA), pour la journée de demain, mardi 22 octobre, quinze jours après une première journée d'action marquée par des blocages et des opérations escargot, notamment dans le Nord Franche-Comté. Les agriculteurs estiment ne pas avoir obtenu de réponse de la part du gouvernement.

Les agriculteurs estiment ne pas avoir obtenu de réponse de la part du gouvernement après leur première manifestation du 8 octobre. - Radio France
Les agriculteurs estiment ne pas avoir obtenu de réponse de la part du gouvernement après leur première manifestation du 8 octobre. © Radio France - William Gay Costa

Stigmatisation, concurrence déloyale, baisse de revenus...

"Stigmatisation permanente, distorsions de concurrence insurmontables, accords commerciaux déloyaux, revenus en berne : plus de 10.000 agriculteurs ont poussé un cri de détresse sur les routes de France le 8 octobre dernier afin d'interpeller le président de la République et son gouvernement. Nous n'avons reçu aucune réponse de leur part", avaient déploré les deux formations syndicales dans un communiqué conjoint publié vendredi.

Un appel national à manifester devant les Préfectures de nombreuses régions a été lancé par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) pour demain mardi 22 octobre. - Radio France
Un appel national à manifester devant les Préfectures de nombreuses régions a été lancé par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) pour demain mardi 22 octobre. © Radio France - William Gay Costa

Parmi les dernières normes envisagées, les zones de non-traitement aux pesticides (ZNT) ont mis le feu aux poudres. Mais les sujets de mécontentement sont nombreux pour les agriculteurs, entre les projets de traités de libre-échange UE-Canada (Ceta) ou UE-Mercosur, les intrusions de militants antispécistes sur les élevages, et plus largement le sentiment d'un dénigrement de plus en plus grand de leur profession et de leur pratiques ("agri-bashing").  S'y ajoutent depuis vendredi les taxes supplémentaires des États-Unis sur les vins et fromages français.

Il n'est plus possible que les agriculteurs soient rémunérés à un prix inférieur (Didier Guillaume)

"Le compte n'y est pas" quant à la rémunération des agriculteurs lors d'un bilan de la loi Alimentation, promulguée il y a un an, et qui doit rééquilibrer les relations commerciales entre producteurs et consommateurs, a affirmé ce lundi le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume. "Il n'est plus possible que les agriculteurs soient rémunérés à un prix inférieur à ce que ça leur revient", a déploré M. Guillaume lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil des ministres.

Choix de la station

France Bleu