Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : en Mayenne, des éleveurs s'inquiètent après l'annulation de la fête de la Madeleine

-
Par , France Bleu Mayenne

La 50e édition de la fête de la Madeleine devait avoir lieu du 17 au 19 juillet prochain à Mayenne. Ce mini-salon de l'agriculture attire chaque année près de 30.000 visiteurs. Son annulation est une très mauvaise nouvelle pour les centaines d'agriculteurs qui devaient y participer.

La vache normande est reconnaissable avec ses tâches brunes.
La vache normande est reconnaissable avec ses tâches brunes. © Radio France - Willy Moreau

La Fête de la Madeleine à Mayenne est elle aussi une victime collatérale de la pandémie de coronavirus. Cette foire agricole avec des centaines de vaches et éleveurs, mais aussi plus de 150 exposants est annulée, alors qu'elle devait avoir lieu du 17 au 19 juillet prochain. Ce salon de l'agriculture miniature attire chaque année près de 30.000 visiteurs.

Cette 50e édition est donc reportée en 2021 selon le Département de la Mayenne. Un coup dur pour les éleveurs qui ont l'habitude d'être présents. C'est le cas notamment pour Bernard Linay, éleveur bovin au Bourgneuf-la-Forêt dans l'ouest de la Mayenne. 

Du temps et des frais investis par les éleveurs

Il avait passé du temps à préparer les animaux pour le concours et avait aussi engagé des frais : "On essaie de les nourrir un peu mieux juste avant, surtout que dans le département on emmène entre cinq et huit animaux par élevage et donc ça coûte un petit peu", raconte l'éleveur. 

C'est 2.500 euros de chiffre d'affaires en moins.

Mais il y a un autre impact pour lui car il y va en tant qu'éleveur et depuis trois ans, aussi comme exposant, pour vendre des glaces et des sorbets faits maison. "C'est 2.500 euros de chiffre d'affaires en moins. C'est une perte sèche", déplore Bernard Linay.

Le risque d'une perte de visibilité pour les élevages

Des dommages sont aussi à craindre sur le long terme pour Gérard Barbier, éleveur de blondes d'Aquitaine à Marcillé-la-Ville près de Mayenne. Il y va pour remplir son carnet d'adresse. C'est primordial pour le reste de l'année.

"Quelqu'un qui arrive à sortir des animaux sur une foire comme celle-là est repéré, les gens retournent le voir quelques semaines plus, et notamment les gens qui ont besoin de reproducteurs ou de jeunes taureaux", explique-t-il. Tout cela peut ensuite déboucher sur des ventes.

Heureusement pour compenser, Gérard et les autres éleveurs mayennais peuvent compter sur les drive fermiers qui fonctionnent bien en cette période de confinement.

Quel avenir de la fête de la Madeleine ?

Bernard Linay qui n'a pas manqué une seule édition de cette foire depuis 50 ans espère qu'elle aura bien lieu en 2021 comme le Département l'a annoncé jeudi 23 avril. Pour cet éleveur, les festivals agricoles mayennais restent fragiles. Ce serait justement l'occasion de revoir leur organisation.

"On a tendance à faire plusieurs manifestations, _il vaudrait mieux arriver à faire une grande manifestation au niveau du département_, une seule fois dans l'année. Cela permettrait de faire des économies en plus. On pourrait y réfléchir après cette crise", estime Bernard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess