Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

En Pays de Bray, ils fabriquent une mozzarella made in Normandie, au lait de bufflonne

lundi 24 juillet 2017 à 6:00 Par Esteban Pinel, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Depuis le mois de février dernier, il existe une mozzarella au lait de bufflonnes made in Normandie. Angélique et Christophe Gauffre, élèvent des buffles dans leur ferme, près de Forges-les-Eaux, en Seine-Maritime. ils produisent un fromage original, de plus en plus demandé.

Christophe et Angélique Gauffre produisent des mozzarellas au lait de bufflonnes. Il n'existe que trois exploitations de ce type en France.
Christophe et Angélique Gauffre produisent des mozzarellas au lait de bufflonnes. Il n'existe que trois exploitations de ce type en France. © Radio France - Esteban Pinel

Gaillefontaine, France

On connaissait le camembert normand, mais un peu moins la... mozzarella normande. Un couple d'éleveurs de Gaillefontaine, en Seine-Maritime, a fait le pari de ce fromage originaire d'Italie. Autre spécificité notable : ils le fabriquent avec du lait de bufflonne, et non de vache.

"Historiquement, la mozzarella était faite avec du lait de bufflonnes, comme pour la ricotta ou la mascarpone, replace Angélique Gauffre, microbiologiste de formation, qui fait les fromages. Le lait de bufflonne est plus gras et plus protéiné que le lait de vache. C'est l'idéal pour faire du fromage."

Les pots de mozzarella du couple Gauffre se vendent comme des petits pains. - Radio France
Les pots de mozzarella du couple Gauffre se vendent comme des petits pains. © Radio France - Esteban Pinel

15 buffles paissent sur les terrains de la ferme, situés à la source de la rivière la Béthune. Pas un hasard, explique Alexandre Gauffre, l'éleveur : "Les buffles aiment beaucoup l'eau. Nos terrains sont humides. Alors quand on a voulu se diversifier, nous avons pensé que le buffle s'adapterait bien à nos champs." Bonne analyse. Au loin, le taureau creuse le sol marécageux avec ses longues cornes. "Ils se sont fait une petite mare, assez profonde. Une baignoire géante", s'amuse Alexandre.

Trait distinctif du buffle : ses cornes, bien plus longues que celles d'une vache. Un animal assez doux, "même s'il a parfois fort caractère", explique l'éleveur.. - Radio France
Trait distinctif du buffle : ses cornes, bien plus longues que celles d'une vache. Un animal assez doux, "même s'il a parfois fort caractère", explique l'éleveur.. © Radio France - Esteban Pinel

Au quotidien, les petits restent auprès de leur mère le matin, avant d'être séparés dans l'après-midi. Un procédé d'élevage qui permet aux bufflonnes de lâcher leur lait, sans que celui ci soit entièrement bu par leur progéniture. Alexandre Gauffre trait ensuite ses bufflonnes le matin, avant qu'elles retrouvent les petits.

Angélique Gauffre a tâtonné avant de concocté la bonne formule :

J'ai mis deux ans et demi pour trouver la bonne recette. La mozzarella est une princesse. Parfois, elle va mettre six heures pour être prête. Parfois cinq, ou sept, ou huit heures; Il faut être à ses petits soins."

"Pour le moment, nous n'avons pas assez de lait pour répondre à la demande", pointe Angélique . Ses mozzarellas, "plus onctueuses et plus crémeuses" qu'une mozarella au lait de vache (du fait des propriétés du lait de bufflonne), trouvent preneur aussitôt produites.

D'ici deux à trois ans, le troupeau va heureusement s'agrandir. Les petites femelles vont à leur tour faire du lait, et les effectifs vont augmenter. Une douzaine de buffles sont espérés. Ils rejoindront la quinzaine d'ânes que possède déjà le couple. Car Angélique et Christophe Gauffre font aussi... des produits cosmétiques grâce au lait d'ânesse.