Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : un producteur de fleurs dénonce des vols à répétition

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Il demande plus de respect pour son travail, et aussi pour ce qui est une propriété privée : à Longèves, en Vendée, un agriculteur, producteur de fleurs, se dit victime de vols.

Emmanuel Sagot et ses champs de fleurs
Emmanuel Sagot et ses champs de fleurs © Radio France - Philippe Rery-Gorez

Le coup de gueule d'un jeune agriculteur du sud de la Vendée : il en a marre qu'on lui vole ses fleurs.  A Longèves, près de Fontenay-le-Compte, Emmanuel Sagot a planté sept hectares et demi de différentes fleurs. Le problème, c'est que c'est beau. Cela attire du monde, et certains visiteurs se font des bouquets gratuits au passage. Alors, Emmanuel Sagot voudrait bien que ça s'arrête...  

En fait ce sont des semences que produit Emmanuel Sagot. Il vend seulement les graines, à une entreprise spécialisée, graines qui se retrouvent dans les jardineries ou la grande distribution. Reste que ces champs multicolores attirent bien sûr des curieux, quelques fois indélicats. Certains se servent, en toute bonne conscience. Quand le cultivateur vient les voir, il a droit à des prétextes étonnants : "J’en prends pas beaucoup, ou il y en a plein, je prends juste sur le bord, ou encore, c’est pas grave… Je leur dit juste que c’est pas bien, je les engueule pas". 

Mais ça suffit, estime Emmanuel Sagot. Il rappelle une évidence : le champ, et ce qui s'y trouve sont des propriétés privées : "Ce n’est pas le fait de prendre deux ou trois fleurs qui exaspère, c’est le manque de respect. C’est surtout ça." 

Pour l'instant, seuls quelques mètres carrés ont disparus. Par rapport à la surface cultivée, cela semble peu, mais quand même, pour Emmanuel Sagot, c'est une question de principe.        

Choix de la station

À venir dansDanssecondess