Économie – Social

Acal : une grande région de grands vins

Par Monique Derrien, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine mardi 1 décembre 2015 à 7:00

En Acal, les professionnels du vin veulent une modification de la loi Evin.
En Acal, les professionnels du vin veulent une modification de la loi Evin. © Maxppp - MAXPPP

Les vignobles sont peut-être le trait d'union le plus évident pour les trois régions : l'Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine. Entre les mastodontes vinicoles alsaciens et champenois, les minuscules AOC de Moselle n'en attendent que des avantages, notamment une modification de la loi Evin…

Quelle est la cohérence de l'Acal (Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine)? Rares sont ceux qui ont compris la logique de cet assemblage administratif. Pourtant, l'Acal qu'on appellera peut-être "Grand Est" (mais d'autres noms sont envisagés), doit se fabriquer une unité au lendemain des prochaines élections régionales des 6 et 13 décembre.

Quiz >  le vin et la gastronomie

Cette cohérence est peut-être vinicole. Dans les vignobles de ces trois AOC, la Champagne, l'Alsace et les petits poucets des Côtes de Toul et vins de Moselle, on sait se montrer assez optimiste.

La champagne reine de l'exportation 

Les exportations de champagne on rapporté 2,4 milliards d'euros à la Champagne  en 2014. Le vignoble le plus septentrional de France aime bien les records et c'est surtout aux grandes marques qu'on les doit.

Le champagne de vigneron tire moins bien son épingle  du jeu. Il a sans doute  beaucoup à apprendre de la route des vins alsacienne où la vente à la propriété s'exerce comme un art. Les vignerons champenois promettent de s'améliorer dans ces pratiques depuis le classement de leur vignoble au patrimoine de l'Unesco. C'est leur planche de salut.

Les producteurs de vins d'Alsace exportent le quart de leur production. La Champagne qui sait vendre à l'étranger depuis  le XVIIIe siècle,  pourrait leur ouvrir des  perspectives internationales.

La protection de l'environnement, un savoir-faire alsacien

Pas moins de 10 % des exploitations sont bio en Alsace. L'écologie y est très installée, d'abord parce que le vignoble est protégé par les Vosges qui font une barrière aux intempéries. Les Champenois commencent à s'y mettre : la nouvelle proximité de l'Alsace sera sans doute leur aiguillon et le réchauffement climatique les inciteront peut-être à s'engager plus radicalement dans une viticulture raisonnée.

Tous contre la loi Evin

Voilà bien l'élément fédérateur : amender la loi Evin qui  encadre la communication sur les vin de manière drastique. Il ne s'agit pas de remettre les dispositions sanitaires de la loi Evin, mais de les préciser.

"La communication sur les vins est aujourd'hui soumise à l'appréciation des juges à qui  il arrive de confondre l'information et la publicité" : les propos de Vincent Perrin Perrin, le directeur du Comité Champagne , sont en tous points semblables à  ceux  du Comité Interprofessionnel des vins d'Alsace. Le regroupement administratif des deux AOC devrait leur permettre de parler d'une seule voix, le vignoble lorrain n'y voit que des avantages.