Infos

"Entre les loups et les promeneurs, on n'en peut plus !"

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 27 octobre 2016 à 5:51

Certains éleveurs du sud-Drôme subissent la mauvaise cohabitation entre leurs patous et les promeneurs.
Certains éleveurs du sud-Drôme subissent la mauvaise cohabitation entre leurs patous et les promeneurs. © Radio France - Mélanie Tournadre

Une réunion était organisée mercredi, à Montségur-sur-Lauzon, dans le Sud-Drôme, entre les éleveurs ovins, les professionnels du tourisme et les services de l’État. Les éleveurs en ont assez des problèmes de cohabitation entre les promeneurs et leurs patous.

"Entre les loups et les promeneurs, on n'en peut plus !" Voici un cri d'alarme de plusieurs éleveurs ovins du sud-Drôme. Pour parler de cette difficile cohabitation entre promeneurs et patous, ils étaient réunis, ce mercredi, par la chambre d'agriculture de la Drôme avec les acteurs du tourisme et des représentants de l’État.

Yves et Marie-Paule Feydy élèvent 400 brebis à Montségur-sur-Lauzon. - Radio France
Yves et Marie-Paule Feydy élèvent 400 brebis à Montségur-sur-Lauzon. © Radio France - Mélanie Tournadre

Cette rencontre s'est tenue à Montségur-sur-Lauzon, dans le Sud-Drôme, chez Yves et Marie-Paule Feydy. Ils élèvent 400 brebis. Elles passent presque toute l'année dehors, elles sont dans la bergerie pendant soixante jours. Pendant quasiment toute l'année, elles sont gardées sans des enclos temporaires, les lieux changent donc mais les problèmes sont toujours les mêmes, entre les promeneurs et les patous qui protègent les troupeaux du loup.

Une angoisse permanente pour les éleveurs

"Certains promeneurs ont peur face au patou et l'agressent avec des pierres et des bâtons" explique Yves Feydy. "On veut bien respecter ceux qui profitent de la nature mais ils doivent respecter notre travail d'éleveur et nos patous" insiste sa femme, Marie-Paule Feydy.

"On vit un enfer, entre la peur d'une attaque de loup et l'angoisse des problèmes avec les patous."

Marie-Paule Feydy explique sa détresse face à ces problèmes de cohabitation entre les promeneurs et son patou.

Des consignes à respecter face au patou

Les éleveurs dénoncent le mauvais comportement de certains promeneurs face au patou qui a pour mission de défendre son troupeau. Nathalie Dufour est éleveuse et éducatrice canine, elle rappelle les règles de base à respecter face à ces chiens de défense : "Il faut poser les bâtons de marche, descendre de vélo, ne plus bouger et ne pas crier sur le patou". "Quand le chien aura compris qu'il n'y a pas de danger, il repartira".

Des pancartes avec les consignes à respecter sont disposées près des troupeaux. - Radio France
Des pancartes avec les consignes à respecter sont disposées près des troupeaux. © Radio France - Mélanie Tournadre

Malgré les pancartes explicatives, un garçon s'est fait mordre près du troupeau de Yves et Marie-Paule Feydy. "On ne veut pas qu'il y ait de morsures, on est désolé pour ces gens mais il faut qu'ils s'arrêtent quand ils voient le patou" explique Marie-Paule. "On va devoir aller devant le tribunal suite à cette morsure car la personne a porté plainte, on ne s'en sort plus avec ces patous qui sont pourtant indispensables pour protéger les brebis du loup".

"L’État nous oblige à prendre des patous et on se retrouve au tribunal à cause des morsures !"

Plusieurs communautés de communes du sud-Drôme ont mis en place des brochures explicatives pour les promeneurs et les offices de tourisme sont mis au courant pour qu'ils fassent passer le message aux touristes.

Un colloque bientôt organisé

"Il est temps de passer à un grand plan de communication" a expliqué la sous-préfète de Die à l'issue de cette réunion. Clara Thomas, chargée de mission sur le loup a proposé d'organiser prochainement "un colloque ou un séminaire pour réunir tous les acteurs de la Drôme et travailler ensemble pour mieux communiquer sur ce problème".

A Montségur-sur-Lauzon, ce patou protège les 400 brebis du loup. - Radio France
A Montségur-sur-Lauzon, ce patou protège les 400 brebis du loup. © Radio France - Mélanie Tournadre

Mieux communiquer, arriver à informer les promeneurs ou sportifs individuels qui ne font partis d'aucun organisme devient essentiel pour espérer une meilleure cohabitation. Il y a près de 3.000 patous en France, d'après l'ADEM 26, le service pastoral de la Drôme, leur nombre devrait au moins doubler dans les prochaines années.

Reportage à Montségur-sur-Lauzon sur ces difficultés de cohabitation près des troupeaux.

Montségur-sur-Lauzon, dans le Sud-Drôme - Radio France
Montségur-sur-Lauzon, dans le Sud-Drôme © Radio France - Denis Souilla

Partager sur :