Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Épisode de gel dans l'Hérault : "ce qui permet de tenir, c'est la passion du métier"

-
Par , France Bleu Hérault

Plus de deux semaines après le tragique épisode de gel dans les vignes et les vergers héraultais du 7 au 8 avril, France Bleu Hérault retourne au chevet des producteurs. La moitié des parcelles sont détruites à plus de 80%.

Vignes
Vignes © Radio France - Sébastien Garnier

Après le terrible épisode de gel dévastateur pour les cultures du département, dans la nuit du 7 au 8 avril 2021, le président de la chambre d'agriculture de l'Hérault Jérôme Despey est l'invité de France Bleu Hérault ce lundi matin C'est l'occasion de faire un point sur l'étendue des dégâts, mais aussi sur les indemnisations annoncées. Presque 100 % des surfaces des vignes et des vergers sont impactés.Dans la moitié des cas, les pertes dépassent les 80%.

Une accumulation de galère ces dernières années 

Virgile Joly est à la tête d'une exploitation de vin bio a Saint-Saturnin-de-Lucian, au dessus de Clermont-l'Hérault. Toutes ses parcelles sont touchées à des degrés divers. C'est un coup dur, d'autant que cet épisode de gel arrive après plusieurs années compliquées. "L'année noire, c'est 2018. Le mildiou m'a fait perdre presque toute ma récolte. En 2019, c'est le coup de chaud, 46 degrés. L'an dernier, la Covid. Et cette fois, le gel sur des parcelles jusque là épargnées. En cinq ans, j'ai perdu une année de production."

Virgile Joly enchaîne les difficultés depuis plusieurs années

Il est encore trop tôt pour mesurer précisément l'ampleur des dégâts. "On voit apparaître les nouveaux bourgeons qui poussent les bourgeons morts. Auront-ils des fruits, c'est la grande question" s'interroge le viticulteur. Il estime qu'il y aura au moins 30 % de pertes et les vendanges sont encore loin. Il peut donc se passer beaucoup de choses. Ce qui le fait tenir, c'est la passion du métier et le contact avec les clients.  "Encore hier, j'ai reçu une photo d'un client qui fêtait ses 60 ans en ouvrant une de mes bouteilles, çà nous réconforte, nous donne du courage."

Les aides promises (1 milliard d'euros) vont aussi lui permettre de garder la tête hors de l'eau. Il espère qu'il n'y aura pas trop de papiers à remplir et que tout le monde pourra en profiter. Dans l'immédiat, Virgile J. compte surtout sur lui-même. Dès le mois prochain, le domaine Joly prévoit d'organiser des événements commerciaux autour du vin. 

Reportage au domaine Joly

Les cépages résistants

Les assurances et les indemnisations ne régleront pas le problème du gel selon Vincent Pugibet, viticulteur au domaine de la Colombette à Béziers. Il faut préserver les terres qui ne gèlent pas de l'urbanisation, et planter des cépages résistants comme le souvignier gris. "Là où on a planté ce nouveau cépage, on constate qu'il a moins souffert et qu'il y a plus de fruits sur les repousses." 

Vincent Pugibet du domaine la Colombette à Béziers

Choix de la station

À venir dansDanssecondess