Agriculture – Pêche

Et pourquoi pas financer l'installation d'un jeune agriculteur ?

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère et France Bleu mardi 26 janvier 2016 à 20:26

© Maxppp

Depuis une dizaine d'années, l'association Terre de liens achète des fermes et les met à disposition de jeunes agriculteurs. En Rhône-Alpes, elle est sur le point de donner vie à un 17e projet avec la ferme du Perroux, à Villeneuve-de-Marc, en Nord Isère.

Alors que le monde agricole vit des moments plus que compliqués, comment aider des jeunes à s'installer et ainsi limiter la perte de terres agricoles ? En achetant à leur place les terres et les bâtiments vacants. C'est ce que fait depuis environ 10 ans l'association Terre de liens, via la générosité de particuliers, d'entreprises qui font des dons (qui sont défiscalisés) ou achètent des actions. 

Environ 100 fermes ont ainsi été acquises au plan national. Et en Isère, à Villeneuve-de-Marc, l'association est sur le point d'acheter une nouvelle ferme, la 3e du département. Pour ça, elle a besoin de réunir 350.000 euros d'ici fin mars. Elle en a déjà 150.000. Mathieu Laupin, 35 ans, est le jeune que l'association compte aider. Il travaillait avant dans le domaine de l'environnement en Chartreuse, puis en Ardèche. Sensible à l'impact de l'agriculture sur la nature, sur l'environnement, il voulait jouer un rôle actif.

Mais n'étant pas fils d'agriculteur, il n'a pas de terres, de bâtiments, ce qui complique l'installation aujourd'hui. L'association vient donc le soulager en s'occupant du foncier; lui investira 200.000 euros pour le matériel, les bêtes. Pour lui, c'est un moyen d'avoir une ferme viable plus rapidement et ainsi vivre de son activité. Pour l'association, ces 30 hectares de ferme ne resteront pas à l'abandon ou ne seront pas bétonnés. 

Terre de liens en quelques chiffres 

100 fermes gérées au quotidien; 2500 hectares soustraits à la spéculation et dédiés à l'agriculture bio et paysanne; 150 hommes et femmes installés sur des fermes de l’association; 10.000 actionnaires solidaires; 2.200 donateurs.

Le projet de Mathieu

Pour en savoir plus, c'est ici

Rencontre avec Mathieu ainsi que Bernard et Louis, les cédants.

Partager sur :